Le portail des églises et associations protestantes de l’agglomération grenobloise adhérant au Réseau Fraternel Évangélique de France


CoeurNet (accueil) > En avoir le coeur net... > Témoignages > Témoignage de Patrick — « 40 ans de recherche, et enfin, le Seigneur est entré (...)

Témoignage de Patrick — « 40 ans de recherche, et enfin, le Seigneur est entré dans ma vie »

donné lors de son baptême le 17 juin 2007- à l’Église Protestante Évangélique de Brignoud

lundi 6 août 2007, par Patrick


Introduction

Quel est le poids de la justice des hommes par rapport à la justice de Dieu ? Quelle est la valeur du regard des hommes par rapport à celui de Dieu ? Je viens ici pour être baptisé devant DIEU ; En m’adressant à vous qui serez mes témoins, je regarde à DIEU. Par ce geste je tiens à lui faire part de ma reconnaissance, de ma gratitude et de mon amour pour lui.

Un peu d’histoire

Il est de coutume que l’aspirant au baptême se confesse de ses péchés et mauvaises actions, pensées, jugements et autres… Je vais vous décevoir ou vous soulager, mais je n’ai pas l’intention d’énumérer tout… Non tout cela appartient au passé. Par la grâce du Seigneur, mes péchés m’ont été pardonnés, et c’est ce que va représenter symboliquement le baptême.

Par contre, je reste responsable de mes actions passées (et futures) et je prie le Seigneur que les gens que j’ai pu blesser, me pardonnent aussi et qu’il me soit donné l’occasion de réparer, à ces personnes ou à leurs frères, le mal produit …

Ma conversion

Depuis mon adolescence, période de prise de conscience, comme tout être humain, je me pose les questions existentielles sur notre rôle sur la terre, notre devenir, nos futurs. Je pense que ces questions sont les plus universelles et les plus communes des hommes. Pour ma part cette recherche m’a emmené sur des voies diverses et variées comme la psychanalyse, la psychologie, les sciences occultes, les différentes formes de méditation, les arts martiaux, les arts tout court, la philosophie….

Le cheminement a été long, 40 ans de marche, de recherche, mais je n’ai jamais abandonné. Heureusement je ne me suis pas égaré, ni abimé sur ces chemins – peut-être perdu un peu de temps — encore que je n’en suis pas sûr… car je n’ai pas de regret.

Enfin le Seigneur est entré dans ma vie. Aussi inattendu que la pluie dans un désert où il n’a jamais plu depuis 40 ans… Aussi surprenant, aussi rafraichissant, et apportant avec Lui le changement, les bouleversements, le soulagement et l’espoir que l’on peut imaginer.

En me tournant vers le Seigneur, qui Lui m’attendait, j’ai trouvé la Vérité. Depuis, le Seigneur est présent dans ma vie. Il est réellement mon soutien. Il est ma ligne de conduite.

Je voudrais rassurer mes proches et mes enfants : je ne rentre pas dans une secte, ce n’est pas, non plus, une cérémonie occulte d’intrônisation dans un parti politique… La Bible est la base de ma croyance ; aussi, aucune ligne ne doit y être ajoutée ou ôtée.

Oui, je crois que DIEU existe et qu’il a créé le monde par la parole.
Oui, je crois que Jésus est son fils ; qu’il a été crucifié et qu’il est mort sur la croix.
Oui, Jésus a vaincu la mort pour vivre éternellement.
Oui, Il nous a libéré de la loi, et donc du pêché, pour nous annoncer la grâce de DIEU.
Oui, il nous a enseigné deux commandements : l’amour de Dieu et l’amour de nos prochains.
Oui, il nous a envoyé l’Esprit, ce lien invisible qui lie tous les chrétiens.
Oui, le Seigneur nous donne la grâce du pardon et son amour à tous ceux qui croient en lui, en son Fils et en l’Esprit.
Il nous accorde la vie éternelle.

Voilà mes croyances ; mais au-delà de la croyance, il y a la FOI dans laquelle je vis maintenant ; Il s’agit d’une réalité vécue à chaque instant, et m’apportant la certitude de l’existence du Seigneur. Non plus une idéologie ou une belle théorie mais cette croyance se fait réalité pour devenir foi. Aucun doute ni aucune peur ne vient à moi en m’exprimant ainsi.

Depuis, je vis dans la joie de chaque instant, du lever au coucher ; j’ai du bonheur dans ma vie, quelles que soient mes activités, les difficultés ou ma situation, j’ai le bonheur de vivre : j’ai du bonheur à vivre. Je suis heureux d’entendre, de voir, de sentir, de gouter et d’être dans l’amour de DIEU. Souvent il m’arrive de prendre conscience que je suis devenu un acteur dans le monde ; je fais comme c’était la vie mais mon cœur et ma joie sont ailleurs.

Bien sûr il y a des jours où je ne ressens pas la grâce, où je n’arrive pas à me tourner vers DIEU : la fatigue, le stress, le doute ne me sont pas étrangers. Ces jours-là, la vie est terne, triste. Ces jours-là me rappellent que je suis humain et que le mal se défend… J’ai alors un sentiment de désespoir et de dépression. Comme un enfant éloigné de son père !

Au travers de ma propre paternité, j’ai pu mieux saisir l’amour de DIEU, ce que cela voulait dire. En effet, l’amour d’un père pour ses enfants est infini, immodéré, sans faille. Quelles que soient les capacités, la beauté et les qualités de ses enfants, il les aime. C’est avec le même amour que DIEU nous aime. A ceux qui doutent, qui veulent des preuves, je réponds par l’amour. L’amour ne se mesure pas, ne se voit pas, ne se fabrique pas, ne s’achète pas, et pourtant il est présent partout et dirige ce monde. Qui n’aime pas ? Qui peut vivre sans amour ? La preuve irréfutable que DIEU existe se tient là : le Seigneur est Amour.

Je vis donc dans cet amour. Avec le Seigneur, les difficultés, les peurs, les doutes ne me touchent plus, ou de moins en moins. Il est mon soutien ; grâce à lui je vis plus sereinement, moins soucieux, moins inquiet, car j’ai confiance en DIEU.

Et Demain ?

Le Seigneur a un plan pour chacun de nous, plan que nous ne connaissons pas, qu’il n’est pas possible de modifier, que nous ne pouvons pas contrôler. Il nous faut accepter cette réalité, même si nous avons la prétention de vouloir maitriser notre vie.

Pour ma part, devant cette vérité il me parait important de ne pas vouloir « Faire » mais « Être ». Ne pas tomber dans le péché de recherche de reconnaissances personnelles par ses actions de bienveillance… Faire, c’est la satisfaction de ses besoins, le désir de reconnaissance, de posséder, l’orgueil… Être, c’est tout simplement une lumière posée sur la table apportant la clarté à ceux qui nous entourent, sans florilège, sans habitude, mais naturellement habité par le Seigneur et Témoin. Être pour mes enfants, pour mes frères. Être si vrai que le faire devient nature d’être.

Important aussi de renaitre à soi-même, de mourir à celui que j’étais : choisir c’est renoncer ; je fais le choix de suivre le chemin du Christ, de suivre ses commandements et de mourir à ma vie passée. Le lâcher prise, l’abandon de ses propres intérêts, de son égo, sont les clefs de l’amour pour l’autre et de la contemplation du Seigneur.

En Conclusion

Voilà ce que le Seigneur va déclarer dans quelques instants et vous en serez les témoins :

“Celui-ci est mon fils bien-aimé ; je mets en lui toute ma joie.”

Je fais la prière que tous puissent trouver le Seigneur, afin qu’ils connaissent la paix du Seigneur.

Répondre à cet article

3 Messages


Nouveautés | Lettre de nouvelles | Écrivez-nous ! | SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |