Le portail des églises et associations protestantes de l’agglomération grenobloise adhérant au Réseau Fraternel Évangélique de France


CoeurNet (accueil) > En avoir le coeur net... > Actualité et Culture : une vision chrétienne du monde > Pourquoi Tant De Souffrances ?

Pourquoi Tant De Souffrances ?

Si Dieu est bon et tout puissant. pourquoi ...?

lundi 26 septembre 2005

Quand on voit les procès pour pédophilie qui se multiplient, les attentats meurtriers de Londres ou de Bagdad, le tsunami de cet hiver passé et tous les maux qui nous accablent dans notre vie personnelle, on ne peut que constater que la souffrance l’injustice, sont des constantes universelles qui font partie de notre condition humaine.
Face à tout cela, on ne peut s’empêcher de se poser la question : si Dieu existe, si Dieu est tout puissant, pourquoi permet il tout cela ?


Pourquoi tant de souffrance ?

Quand on voit les procès pour pédophilie qui se multiplient, les attentats meurtriers de Londres ou de Bagdad, le tsunami de cet hiver passé et tous les maux qui nous accablent dans notre vie personnelle, on ne peut que constater que la souffrance l’injustice, sont des constantes universelles qui font partie de notre condition humaine.
Face à tout cela, on ne peut s’empêcher de se poser la question : si Dieu existe, si Dieu est tout puissant, pourquoi permet il tout cela ?

Ce problème des souffrances humaines fascinait deux auteurs célèbres du siècle dernier.
Sigmund Freud, père de la psychanalyse et C.S.Lewis le célèbre professeur de littérature anglaise d’oxford et auteur de nombreux best-sellers. D’ailleurs, un des livres de ce dernier vient d’être mis a l’écran et devrait sortir en salle à Noël. Il s’intitule : « Le Monde De Narnia : le Lion La Sorcière Blanche et l’Armoire Magique » à voir sans modération.

souffrances : quelles conclusions tirer ?

Mais, pour revenir à notre sujet, au contacte de la souffrance humaine, ces deux hommes tiraient des conclusions radicalement différentes sur la question de Dieu.

Tous deux ont expérimenté d’importantes souffrances dans leur vie personnelle.
Lewis a perdu sa mère quand il était jeune enfant au cours des horreurs de la première guerre mondiale.
Il a vu sa femme mourir dans d’intenses souffrances peu de temps après leur mariage.

Freud aussi a perdu plusieurs membre de sa famille de manière tragique, une de ses filles, et un de ses petits enfants. Il a dû subire un antisémitisme féroce, il a souffert du ridicule de la par de la communauté scientifique et expérimenté dans son corps les souffrances dues a un cancer.

Freud : que croyait il ?

Les souffrances humaines ont amené Freud à la conclusion que pour lui Dieu n’existait pas. Aucun Dieu d’amour n’aurait pu permettre de telles souffrances s’Il avait les moyens et la puissance pour les en empêcher.
Il croyait que le destin était déterminé non par un Père surnaturel, mais par « des forces obscures, incapables d’émotions et d’amour ».

Lewis par contre est arrivé à la conclusion inverse, mais non sans peine, c’est le cas de le dire.
Après la mort de sa femme, il a écrit que pour lui, le danger n’était pas de tomber dans l’athéisme mais de finire par croire que Dieu puisse être aussi injuste et insensible à la condition humaine. Comme Freud, il se posait la question de savoir comment croire que Dieu soit bon face à tant de souffrances dans sa vie personnelle ? Et puis, si Dieu est bon alors pourquoi ne fait il apparemment rien pour punir les méchants ?

Pour Freud, la notion qui consiste à dire que le bien est récompensé et le mal puni par l’autorité suprême de l’univers, n’était pas en phase avec la réalité.
Pour Lewis, par contre, la souffrance trouvait sont explication dans le récit biblique. Il y a dans l’univers des « forces obscures » à l’œuvre, « un esprit mauvais et puissant » derrière la mort la maladie et le mal qui existent dans notre monde. « Nous vivons en terrain ennemi ».

A qui la faute ?

Lewis voyait une relation entre le mal et notre libre arbitre, c’est à dire dans notre capacité à exercer notre volonté pour faire des choix librement. Notre tendance à utiliser notre volonté pour choisir d’enfreindre les lois naturelles qui fondent les lois morales universelles données par Dieu, étaient pour lui à la base des souffrances humaines. Nous sommes en cause et coupables, pas Dieu ! Voilà sa conclusion.

« L’enfer c’est les autres »

Il y avait un point où Freud et Lewis étaient cependant d’accords. Les gens qui nous entourent sont à la source de la plupart de nos souffrances. « L’enfer, c’est les autres » c’est bien connu.
Quand l’âme d’un homme se corrompt, le mal qu’elle produit ne tardera pas à a se traduire par d’innombrables souffrances pour autrui. Ce sont les hommes et non Dieu qui font des canons, la guerre, les attentats, les prisons, qui oppriment leurs semblables, et les tyrannisent de milles et unes manières, toutes plus raffinées les unes que les autres.

Souffrance : face à elle : qu’allons nous devenir ?

La vie sans souffrance n’existe pas. Mais la manière dont nous la gérons et notre réaction quand nous y sommes confrontés, déterminent grandement la qualité de notre vie. Si nous croyons comme Lewis qu’il existe un être suprême qui nous aime et qui contrôle notre destinée de manière ultime, nous pourrons supporter avec patience et espérance nos souffrances. Nous ne sombrerons pas dans le cynisme, le désespoir. Nous ne finirons pas par ressembler à ceux que nous méprisons et qui nous ont fait tant de tort.

Mais si nous nous attachons à une vision matérialiste du monde, il ne nous reste plus qu’à suivre le conseil de Freud et « nous soumettre » de manière désespérante aux dures réalités de notre existence que nous avons à subire.
A chacun de faire son choix.

P.-S.

NDLR. Article remanié et adapté à partir de diverses sources internet et radiophoniques, lu et corrigé par :
webservieteur J-L T.

Pour plus d’informations sur ce sujet, lire le livre du professeur Nicholi « La question de Dieu » (« The question of God » ) basé sur le cours qu’il a enseigné pendant des années à l’université d’Harvard.

Répondre à cet article

2 Messages

  • Pourquoi Tant De Souffrances ? 22 avril 2006 17:31, par bil

    je viens de lire cet article, qui m’a interpellé
    je voudrais juste dire que DIEU EST AMOUR et qu’il est bon
    les malheurs des hommes ne peuvent pas étre jetté sur DIEU, ce n’est pas possible
    il nous a fait libre et nous a malgré cela montré la voie qu’il faut suivre
    sa Parole déclare , j’ai mis devant toi le bien et le mal, choisie le bien.
    dés lors, il nous oriente à faire le bon choix
    Dieu nous aime énormémént parce qu’il a sacrifier son Fils Unique afin que quiconque croit ne périsse point,mais qu’il aie
    la vie éternelle.
    L’homme, de nos jours, ne veut vivre que selon ces principes.je pense que DIEU prend part à ces souffrances malgré sa désobeissance,mais il faudrait pas
    mettre tous ces maux sur son dos ; ce n’est pas juste.

    QUE DIEU VOUS BENISSE

    repondre message

    • Pourquoi Tant De Souffrances ? 12 septembre 2007 17:17

      on n’en revient au meme point...
      si dieu existait réelement, il aurait au moins fait le minimum, c est à dire détruire ce qu’il a construit, c a dire nous.

      ou bien alors il regarde trop la télé.

      ce qui est sur, c est qu’il ne fait rien

      repondre message


Nouveautés | Lettre de nouvelles | Écrivez-nous ! | SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |