Le portail des églises et associations protestantes de l’agglomération grenobloise adhérant au Réseau Fraternel Évangélique de France


CoeurNet (accueil) > En avoir le coeur net... > Prédications > La lettre à l’église de Laodicée

La lettre à l’église de Laodicée

Apocalypse de Jean chapitre 3 : versets 14-22

jeudi 21 novembre 2002, par Benoît Baslé


Le Texte

"Écris à l’ange de l’église de Laodicée : Voici ce que dit l’Amen, le témoin fidèle et véritable, le commencement de la création de Dieu : Je connais tes oeuvres. Je sais que tu n’es ni froid ni bouillant. Puisses-tu être froid ou bouillant !

Ainsi, parce que tu es tiède, et que tu n’es ni froid ni bouillant, je te vomirai de ma bouche. Parce que tu dis : Je suis riche, je me suis enrichi, et je n’ai besoin de rien, et parce que tu ne sais pas que tu es malheureux, misérable, pauvre, aveugle et nu, je te conseille d’acheter de moi de l’or éprouvé par le feu, afin que tu deviennes riche, et des vêtements blancs, afin que tu sois vêtu et que la honte de ta nudité ne paraisse pas, et un collyre pour oindre tes yeux, afin que tu voies. Moi, je reprends et je châtie tous ceux que j’aime. Aie donc du zèle, et repens-toi. Voici, je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui, je souperai avec lui, et lui avec moi.

Celui qui vaincra, je le ferai asseoir avec moi sur mon trône, comme moi j’ai vaincu et me suis assis avec mon Père sur son trône.

Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Églises ! "

Le commentaire

La Gloire de Dieu.

Au verset 21 et dans la vingtaine de versets qui suivent, on trouve 18 fois le mot « trône ». La Gloire de Dieu est l’idée principale de ce passage. Il est le Souverain absolu dans l’univers ; son trône symbolise sa toute puissance.
- Quelle est notre position par rapport au trône de Dieu ?
- A-t-on le droit d’être tièdes par rapport au Dieu Tout-Puissant ?

Exhortation de Jésus.

Jésus se présente ici comme « l’Amen ». « Amen » veut dire « ce qui est ferme, ce qui est fidèle ou qui est vrai ». Jésus donne l’explication de ce que veut dire « l’Amen » en ajoutant lui-même « le témoin fidèle et véritable ». Nous pouvons être absolument sûrs de la vérité de ce qu’il va dire. Il ajoute encore « l’auteur de la création de Dieu ». Le mot « auteur » est traduit différemment selon les versions car on peut lui donner plusieurs sens comme « le premier, l’origine ou le chef ».Je crois qu’il se présente ainsi pour montrer qu’il a toute autorité sur eux. La sentence qu’il va prononcer est donc irréfutable. Il a l’autorité et le droit de rejeter ce qui ne lui plaît pas.

Pour utiliser l’image forte qu’il a lui-même employée, il a le pouvoir de « vomir le tiède de sa bouche ». Le tiède serait celui qui a été en contact avec l’offre du Salut mais qui n’en a pas profité et qui est devenu indifférent aux choses de Dieu. Il s’agit peut-être de gens religieux mais qui ne sont pas nés à la vie de Dieu, qui ne le connaissent pas personnellement. Jésus a dit « si un homme ne naît de nouveau, il ne peut voir le royaume de Dieu ». Le tiède n’est pas passé par la nouvelle naissance car Jésus lui propose après d’entrer en lui.

Mon épouse, Liz, est comme le Seigneur Jésus, elle ne supporte pas ce qui est tiède. Une boisson doit être soit glacée soit bouillante, entre les deux c’est tiède et elle n’en veut pas !Le froid serait celui qui reconnaît son besoin, il sait qu’il lui manque tout. Le bouillant serait celui qui a tout reçu du Seigneur et qui le met en pratique. Tandis que le tiède est un mélange : il est froid parce qu’il ne connaît pas vraiment le Seigneur, mais en même temps il fait semblant d’être chaud en disant qu’il est bien dans son église et qu’il a tout ce qu’il lui faut.
N’est-ce pas de l’impertinence que de dire au Seigneur que nous sommes riches et que nous n’avons besoin de rien ? Celui qui dit cela montre qu’il veut se suffire à lui-même, qu’il ne veut pas dépendre de Dieu. Et l’indépendance envers Dieu est l’essence même du péché.

Les destinataires

Cette lettre est adressée à « l’ange » ou au « messager », je crois qu’il est représentatif de toute l’église de Laodicée car il est celui qui doit leur retransmettre le message. Elle est la seule parmi les 7 églises qui dit que tout va bien pour elle, qu’elle n’a besoin de personne. Mais elle est justement aussi la seule à qui Jésus ne fait aucun compliment.

Avez-vous déjà rencontré des gens qui ne savent pas quelle est leur véritable condition, qui se vantent, mais dont vous savez qu’ils sont plutôt à plaindre qu’autre chose ?
C’est le cas ici ; Jésus dit au verset 17 : « tu ne sais pas que tu es malheureux », parce que tu ne sais pas qu’il n’y a de vrai bonheur qu’en Dieu. « Tu ne sais pas que tu es misérable et pauvre » parce qu’il fait pitié celui qui se confie en sa propre richesse sans rechercher la vraie, l’impérissable, qui est auprès de Dieu. « Tu es aveugle », parce que tu ne regardes qu’à toi-même sans chercher la lumière de Dieu. Et enfin, « tu es nu » parce que tes péchés sont au grand jour, sans être recouverts devant Dieu.
verset 18, « je te conseille d’acheter chez moi ! »

Laodicée était une ville très riche, selon le témoignage de l’époque. Ses commerçants savaient acheter et ils en avaient les moyens. Ils n’avaient pas besoin qu’on leur dise comment faire. Mais voilà que le plus grand conseiller financier mondial arrive pour leur proposer une bonne affaire : « achetez chez moi ».
Les clauses du contrat pour l’acquisition de cet or, des vêtements blancs et du collyre sont très particulières :
- d’abord, la facture a déjà été payée par Jésus lui-même ! On peut tout prendre gratuitement !
Esaïe 55, verset 1 dit : « Venez, achetez, sans argent, sans rien payer ! »

Romains 3 dit aussi : « Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu ; et ils sont gratuitement justifiés par sa grâce, par le moyen de la rédemption qui est en Jésus-Christ ».

Et Romains 6, verset 23 dit : « Car le salaire que verse le péché, c’est la mort, mais le don gratuit que Dieu accorde, c’est la vie éternelle dans l’union avec Jésus-Christ notre Seigneur ».

Comme le disent d’autres passages, Jésus s’est livré en rançon pour nous. Il a payé la dette que nous avions envers Dieu. Dans la lignée des réformateurs, nous répétons que nous n’avons rien à apporter pour recevoir le Salut, c’est un cadeau, immérité, pour qui veut bien le prendre.

Après le règlement de la facture, Le contenu de l’achat qu’il leur propose est aussi très particulier :
- « de l’or éprouvé par le feu ». Quel est cet or pur que nous pouvons acheter de Jésus ?
Ceux de Laodicée savaient sûrement ce que cela voulait dire. Déjà l’apôtre Paul leur avait parlé des vraies richesses de la vie quelques 30 ans plus tôt. Nous le lisons dans Colossiens 1:21-2:3. Cet or pur est donc la plus grande richesse qu’un homme puisse posséder : Connaître Christ, personnellement. Cette richesse-là est éternelle, elle est impérissable.
Paul dit aussi en Ephésiens 3, verset 8 : « A moi, qui suis le moindre de tous les saints, cette grâce a été accordée d’annoncer aux païens les richesses incompréhensibles de Christ, et de mettre en lumière quelle est la dispensation du mystère caché de tout temps en Dieu qui a créé toutes choses ».

Et au verset 17 d’Ephésiens 3, « que Christ habite dans vos cœurs par la foi ; afin qu’étant enracinés et fondés dans l’amour, vous puissiez comprendre avec tous les saints quelle est la largeur, la longueur, la profondeur et la hauteur, et connaître l’amour de Christ, qui surpasse toute connaissance, en sorte que vous soyez remplis jusqu’à toute la plénitude de Dieu ».
« que Christ habite dans vos cœurs »

La 2e offre : « des vêtements blancs, afin que tu sois vêtu et que la honte de ta nudité ne paraisse pas ». Si nous ne sommes pas revêtus du salut de Christ, la honte de notre péché est manifestée. Les vêtements blancs représentent la pureté. Nul ne pourra être accepté dans la présence du Dieu très Saint sans avoir revêtu Christ.
- Avez-vous couvert vos péchés devant Dieu ?
-  Pourrez-vous résister à la lumière de Dieu qui révèle toute la vérité ?
- 
Regardons ce que dit l’apôtre Jean de la lumière divine (1 Jean 1:5-10) : « La nouvelle que nous avons apprise de lui, et que nous vous annonçons, c’est que Dieu est lumière, et qu’il n’y a point en lui de ténèbres. Si nous disons que nous sommes en communion avec lui, et que nous marchions dans les ténèbres, nous mentons, et nous ne pratiquons pas la vérité. Mais si nous marchons dans la lumière, comme il est lui-même dans la lumière, nous sommes mutuellement en communion, et le sang de Jésus son Fils nous purifie de tout péché. Si nous disons que nous n’avons pas de péché, nous nous séduisons nous-mêmes, et la vérité n’est point en nous. Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité. Si nous disons que nous n’avons pas péché, nous le faisons menteur, et sa parole n’est point en nous ».

La Parole de Dieu est lumière

C’est ce que Jésus conseille encore d’acheter : « un collyre pour oindre tes yeux, afin que tu voies ».
Le Psaume 19 exprime cette vérité :
verset 8 « La loi de l’Éternel est parfaite, elle restaure l’âme ; Le témoignage de l’Éternel est véritable, il rend sage l’ignorant. Les ordonnances de l’Éternel sont droites, elles réjouissent le cœur ; Les commandements de l’Éternel sont purs, ils éclairent les yeux ».

Vous laissez-vous régulièrement éclairer par la Bible ?
Pour illustrer cela je vais vous demander de bien vouloir fermer les yeux quelques instants. Que voyez-vous ? ... Que faut-il faire pour voir la lumière ?...
De même, pour voir la lumière de Dieu, il faut ouvrir la Bible. Elle nous fait voir les réalités spirituelles et la réalité sur nous-mêmes.

Le verset 19 est magnifique : « Moi, je reprends et je châtie tous ceux que j’aime ».
Voilà des gens qui ne s’intéressent pas à Jésus, qui disent qu’ils n’ont pas besoin de lui, et Jésus leur dit qu’il les aime !
Heureusement, Dieu ne laisse pas tranquilles facilement ceux qui ne l’ont pas reconnu, car il ne veut pas qu’aucun périsse. La pire chose qui puisse arriver à quelqu’un serait que Dieu le laisse tranquille ; son cœur ne serait pas travaillé, sa conscience non plus et il n’aurait aucune chance d’arriver au repentir pour recevoir le salut. Jésus veut que cette église ne reste plus insensible à l’appel de Dieu et quelle se repente, qu’elle change de conduite.

Qu’est-ce que le zèle ?

Le mot « zèle » en grec est de la même racine que le mot « bouillir » ; Jésus lui dit « ne soit plus indifférente, mais soit bouillante pour Dieu » !
C’est vraiment la volonté de Jésus que nous soyons zélés, pour lui et pour les autres.
Lettre à Tite, ch.2:11-14 : « Car la grâce de Dieu, source de salut pour tous les hommes, a été manifestée. Elle nous enseigne à renoncer à l’impiété et aux convoitises mondaines, et à vivre dans le siècle présent selon la sagesse, la justice et la piété, en attendant la bienheureuse espérance, et la manifestation de la gloire du grand Dieu et de notre Sauveur Jésus-Christ, qui s’est donné lui-même pour nous, afin de nous racheter de toute iniquité, et de se faire un peuple qui lui appartienne, purifié par lui et zélé pour les bonnes oeuvres ».

L’amour n’est pas tiède ; l’amour pour Dieu et pour son prochain se manifeste par des actions concrètes. Mais on ne peut véritablement aimer que lorsque Jésus est en nous.
C’est pourquoi il dit en Apocalypse 3, verset 20 : « Voici, je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui, je souperai avec lui, et lui avec moi ».
Aujourd’hui, si vous entendez sa voix, N’endurcissez pas vos cœurs.

v.21 : « Celui qui vaincra, je le ferai asseoir avec moi sur mon trône, comme moi j’ai vaincu et me suis assis avec mon Père sur son trône ».
C’est ici une grâce immense : Il suffit d’ouvrir nos vies à Jésus pour qu’il nous accorde d’être assis avec lui dans la gloire ! Quelle grâce, quel cadeau !

v.22 : « Que celui qui a des oreilles écoute ce que l’Esprit dit aux Églises » !

Évangile de Jean 14:15-26 : « -Si vous m’aimez, vous suivrez mes enseignements. Et moi, je demanderai au Père de vous donner un autre Défenseur de sa cause, afin qu’il reste pour toujours avec vous : c’est l’Esprit de vérité, celui que le monde est incapable de recevoir parce qu’il ne le voit pas et ne le connaît pas. Quant à vous, vous le connaissez, car il demeure auprès de vous, et il sera en vous.. Non, je ne vous laisserai pas seuls comme des orphelins, mais je reviendrai vers vous. Sous peu, le monde ne me verra plus ; mais vous, vous me verrez parce que je suis vivant et que, vous aussi, vous vivrez. Quand ce jour viendra, vous connaîtrez que je suis en mon Père ; vous saurez aussi que vous êtes en moi, et que moi je suis en vous. Celui qui m’aime vraiment, c’est celui qui retient mes commandements et les applique. Mon Père aimera celui qui m’aime ; moi aussi, je lui témoignerai mon amour et je me ferai connaître à lui. Jude (qu’il ne faut pas confondre avec Judas Iscariot) lui demanda : -Seigneur, pourquoi est-ce seulement à nous que tu veux te manifester, et non au monde ? Jésus lui répondit : -Si quelqu’un m’aime, il obéira à ce que j’ai dit. Mon Père aussi l’aimera : nous viendrons tous deux à lui et nous établirons notre demeure chez lui. Mais celui qui ne m’aime pas ne met pas mes paroles en pratique. Or, cette Parole que vous entendez ne vient pas de moi, c’est la Parole même du Père qui m’a envoyé. Je vous dis tout cela pendant que je suis encore avec vous. Mais le Défenseur, le Saint-Esprit que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses et vous rappellera tout ce que je vous ai dit moi-même. »

Dieu a-t-il fait sa demeure chez vous ?
Juste à la suite des 7 lettres aux Églises, une porte s’ouvre dans le ciel ; l’apôtre Jean voit alors apparaître la gloire de celui qui est assis sur le trône.

Apocalypse ch. 4 : v.1-5 : « Après cela, je vis une porte ouverte dans le ciel. Et la voix que j’avais entendu me parler au début et qui résonnait comme une trompette me dit : -Monte ici, et je te montrerai ce qui doit arriver après cela.. A l’instant, l’Esprit se saisit de moi. Et voici : il y avait un trône dans le ciel. Et sur ce trône quelqu’un siégeait. Celui qui siégeait avait l’aspect d’une pierre de jaspe et de sardoine. Un arc-en-ciel entourait le trône, brillant comme l’émeraude. Autour du trône se trouvaient vingt-quatre trônes. Et sur ces trônes siégeaient vingt-quatre vieillards. Ils étaient vêtus de blanc, et portaient des couronnes d’or sur la tête. Du trône jaillissaient des éclairs, des voix et des coups de tonnerre. Devant le trône brûlaient sept flambeaux ardents, qui sont les sept esprits de Dieu. »

Apocalypse ch. 4 : v. 8-11 : « Chacun de ces quatre êtres vivants avait six ailes couvertes d’yeux par-dessus et par-dessous. Jour et nuit, ils ne cessent de dire : Saint, saint, saint le Seigneur, le Dieu tout-puissant, celui qui était, qui est et qui vient. Et chaque fois que les êtres vivants présentent leur adoration, leur hommage et leur reconnaissance à celui qui siège sur le trône, à celui qui vit éternellement, les vingt-quatre vieillards se prosternent devant celui qui siège sur le trône et adorent celui qui vit éternellement. Ils déposent leurs couronnes devant le trône, en disant : Tu es digne, Seigneur notre Dieu, qu’on te donne gloire, honneur et puissance, car tu as créé tout ce qui existe, l’univers entier doit son existence et sa création à ta volonté. »

Il est le Tout-Puissant, celui qui est, qui était et qui vient.
- Qu’en est-il dans votre vie ?
- Vous êtes-vous déjà prosternés devant Lui ?

Répondre à cet article


Nouveautés | Lettre de nouvelles | Écrivez-nous ! | SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |