Le portail des églises et associations protestantes de l’agglomération grenobloise adhérant au Réseau Fraternel Évangélique de France


CoeurNet (accueil) > En avoir le coeur net... > Actualité et Culture : une vision chrétienne du monde > La Question De Dieu

La Question De Dieu

Dieu ou le hasard ? Débat entre un célèbre psychiatre athée et un professeur de littérature de Cambridge.

mardi 23 août 2005

Sigmund Freud ou C.S. Lewis ?

Dieu a-t-il créé les cieux et la terre ?
Ou bien, l’univers n’est-il rien d’autre que le fruit du hasard, un simple accident ? Dans son livre “La question de Dieu” le psychiatre Armand Nicholi essaye de répondre en comparant les points de vue de deux hommes qui ont marqué leur époque et la nôtre par leurs écrits. L’un était un psychiatre célèbre et l’autre un professeur de littérature médiévale, auteur de best seller.Un de ses succés, « Les chroniques de Narnia » vient d’etre d’ailleurs adapté à l’ecrant par Disney et sortira pendant les fêtes de Noël.


Leurs points de vus étaient diamétralement opposés. Et le Dr Nicholi se pose la question suivante : dans quelle mesure leurs points de vue étaient-ils basés sur des faits plutôt que sur leurs propres émotions attachées à ces questions ? des émotions qui n’auraient fait que contribuer à distordre la réalité.

Dieu existe-t-il ? Freud, qu’en pensait il ?

A la question : “ Dieu existe-t-il ? » le psychiatre Sigmund Freud a répondu : « Non ! ». Croire en ce qu’il qualifiait de « surhomme idéal » était pour lui de l’infantilisme et étranger à la réalité. Freud encourageait ses auditeurs à faire face à cette réalité.

Nous sommes seuls dans l’univers ?

En d’autres termes il exhortait ses lecteurs à grandir et à sortir de cette enfance béate qui enferme les hommes dans leur croyance en Dieu.

Dans son ouvrage, Nicholi continue en disant que C.S. Lewis, ce célèbre écrivain et professeur de littérature de Cambridge, a répondu à la même question de manière diamétralement opposée. Oui, Dieu existe !

Des indices partout ?

L’univers entier est rempli de poteaux indicateurs qui pointent vers un Dieu intelligent. Pour lui aucun doute. Que ce soit dans la création visible ou dans notre univers intérieur et ses lois morales qui nous gouvernent tous, notre conscience est interpellée par ce cri : « mais ouvrez donc les yeux ! »

Freud a attaqué la Bible en prétendant qu’elle était bourrée de contradictions, de révisions et de falsifications. Pour lui la religion n’était qu’une « névrose obsessionnelle universelle » affectant l’humanité. Il méprisait les enseignements du Christ comme étant sans valeur et impossibles à vivre d’un point de vue psychologique. Freud était convaincu que la psychanalyse avait démontré que la croyance en un dieu personnel n’était rien d’autre qu’une forme de recherche d’un père idéal et une projection de nos désirs émanant de nos besoins intérieurs.

Pour le contredire Lewis a argumenté que Dieu existe en avançant certains faits. Il a évoqué par exemple, le fait que nous avons tous une conscience et un sens minimum sur le bien et le mal. De plus, tout au long de l’histoire humaine il y a toujours eu des gens qui ont voulu obéir et suivre ce que leur dictait leur conscience. Lewis a contré les arguments de Freud en lui faisant remarquer que la vision biblique du monde comporte pas mal de contraintes, de désespoir et de souffrance quand on considère le diagnostic divin sur la condition humaine. On est loin d’une projection béate inconsciente de nos désirs et de nos fantasmes telle que Freud la décrit. Qui voudrait inventer une religion qui exigerait de ses adeptes que l’on aide les pauvres et que l’on aime ses ennemis ? Que l’on pardonne à ceux qui nous ont offensé et qui nous dit que nous sommes des pécheurs ayant besoin de se repentir.

Tous programmés pour croire ?

Des neurologues auraient récemment mis en évidence que notre cerveau est génétiquement programmé pour croire. Cela confirmerait ce que les chrétiens ont toujours cru à propos de l’image de Dieu sur le modèle duquel nous avons été créé d’après la Bible.

Et cela pourrait expliquer pourquoi Freud était si préoccupé par Dieu jusqu‘à la fin de ses jours en dépit de sa détermination à prouver son inexistence. Sa démarche était très émotionnelle, parfois désespérée sur ce sujet. Ne pourrait-on pas en déduire que cette attitude relevait plus de l’irrationnel que de l’indifférence ou de la neutralité que l’on serait en droit d’attendre. Ne se targuait-il pas de ne pas croire en Dieu ?

Pourquoi se battre contre quelqu’un qui n’existe pas ?

Mais alors, pourquoi tant d’acharnement, pourquoi se battre contre quelque chose qui n’existe pas ? Pourquoi, même à la fin de sa vie, ne pouvait-il laisser cette question de côté ? Peut-être était-ce dû au fait qu’il avait eu une trés mauvaise relation avec son père terrestre ?

Lewis lui aurait peut-être répondu que l’on ne peut pas si facilement se défaire de l’idée de Dieu... car Dieu a mis en nous la pensée de l’éternité, comme le dit la Bible. Il lui aurait dit que cette question nous taraudera toujours car elle correspond à un besoin profond que Dieu a mis en nous dès le départ ! Un besoin qui n’a de cesse de s’exprimer jusqu’à ce qu’il soit satisfait.

Lewis et Freud influencent encore aujourd’hui un nombre considérable de personnes. Lisez le livre de Nicholi « La question de Dieu », malheureusement encore en anglais et intitulé : « The question of God ». Il éclairera bien des sceptiques en recherche. Il les aidera à déterminer si la foi en Dieu est effectivement une forme d’infantilisme ou bien plutôt : « le chemin, la vérité et la vie ».

P.-S.

P.S. NDLR. Article remanié et adapté à partir de diverses sources Internet et radiophoniques, lu et corrigé par JLT.

Répondre à cet article

1 Message

  • La Question De Dieu 7 juillet 2009 14:49, par nabyx

    freud parle d’un super homme ideal alors que l’homme ne l’ai pas comment a ’t’il pris consiens de ce surhomme en peut dire que c’est le hazard d’ou lui vient cette idee de sur homme depuis la nuit des temps l’homme cherche son createur pourqoui cree un dieu qui est superieur a l’homme c’est contradictoir avec les desires de l’homme l’homme ne peut etre heureux et satisfait que si il croit en dieu quel que soit ses croyences
    l’homme ne croit pas a l’homme est ce le hazard sans parle de la complexite de l’univers et de l’homme en tous cas moi je croit en dieu quand je voit ce que l’homme fait sur cette terre je me dit elle ne lui appartient pas

    repondre message


Nouveautés | Lettre de nouvelles | Écrivez-nous ! | SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |