Le portail des églises et associations protestantes de l’agglomération grenobloise adhérant au Réseau Fraternel Évangélique de France


CoeurNet (accueil) > En avoir le coeur net... > Grenoble et son histoire > Félix Neff : créateur de la première École Normale de France

L’apôtre des Hautes-Alpes

Félix Neff : créateur de la première École Normale de France

(1797-1829)

mardi 11 octobre 2005, par G. F.

Un exemple de persévérance dans la prédication et de l’action sociale éducative.


A Genève, la cité de Calvin, naît en 1797 dans la famille Neff le jeune Félix.

En 1821, Félix arrive à Grenoble comme suffrageant, c’est à dire adjoint du pasteur César Bonifas, au temple de la rue St-Savin.

Après son passage à Grenoble, il s’installe à Mens, là encore comme suffrageant du pasteur du lieu, le pasteur Raoux.

Le Trièves et sa capitale profiteront amplement du passage de Félix Neff. Le jeune Félix fera en effet des merveilles grâce aux dons d’éloquence et de pratique de la musique. Par son entremise, Dieu provoquera de nombreuses conversions dans cette vieille terre protestante qu’est le Trièves.

Le jeune évangéliste suisse sera également à l’origine, avec le pasteur André Blanc, de la création de la première « école moderne », afin de former des maîtres
d’école protestants. En effet, pour lire la Bible, encore faut-il savoir lire ! Et les paysans de ces hautes montagnes sont analphabète dans leur grande majorité.

André Blanc ouvrira donc cette école en 1829, et l’on peut encore voir à Mens ses bâtiments, occupés actuellement par une maison de retraite. Seulement F. Neff ne verra pas cette création. En effet, le Réveil ne plaît à tout le monde, et une cabale montée, dit-on, par le pasteur Raoux l’oblige à quitter Mens en 1823.

Il poursuivra tout de même ses efforts d’évangélisation, cette fois dans les Hautes-Alpes voisines et le Piémont. Dans ces régions, ce sera d’ailleurs un ministère itinérant, Félix Neff parcourant 1600 KM à pied par an et ne restant pas plus de cinq jours au même endroit. Il finira d’ailleurs par mourir d’épuisement en 1829, à 32 ans.

Il demeure l’exemple d’un homme qui avait le feu sacré ; il s’est soucié, par amour pour le Christ, de ceux auxquels personne ne s’intéressait, en s’occupant aussi bien de leur âme que de leur condition sociale et intellectuelle.

Répondre à cet article

2 Messages


Nouveautés | Lettre de nouvelles | Écrivez-nous ! | SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |