Le portail des églises et associations protestantes de l’agglomération grenobloise adhérant au Réseau Fraternel Évangélique de France


CoeurNet (accueil) > Qui sommes nous ? > Évangile et manipulations ?

Évangile et manipulations ?

vendredi 22 novembre 2002, par Reynald Kozycki

Voici la réponse de Reynald Kozycki, pasteur d’une Église protestante évangélique envoyée au Dauphiné en février 1995, et publiée intégralement dans leur courrier des lecteurs suite à des accusations indirectes sur les Évangéliques en France :


Je me permets d’apporter quelques réflexions aux haut-alpins qui auraient regardé l’émission « Perdu de vue » du 6 février 1995 sur TF1. La disparition mystérieuse de cette jeune fille en contact étroit avec une église évangélique de Pentecôte laisse planer l’accusation indirecte que les églises évangéliques seraient des foyers de manipulations mentales. Je ne réponds pas en tant que « représentant officiel » des églises évangéliques ou protestantes, mais plutôt à titre personnel, en tant que pasteur, et comme une personne qui s’est intéressée à la sociologie du protestantisme à travers les siècles, soit pour des conférences, soit pour des travaux universitaires. Comme beaucoup, je condamne fermement « la manipulation mentale ». Les régimes politiques, les religions dominatrices et pratiquement toutes les idéologies l’ont utilisée sans trop le savoir, ou parfois de manière très consciente. La religion a un statut à part, pourrions-nous dire, parce qu’elle a été à travers les siècles, l’un des facteurs essentiels de cohésion des peuples, et donc, vu l’enjeu, une source potentielle de manipulation mentale. Je ne veux certainement pas dire que toute religion soit manipulatrice. Celui qui a un tant soit peu parcouru les évangiles découvre à quel point le Christ s’est attaqué à la manipulation religieuse pour entraîner ceux qui le souhaitaient, à entrer dans une sphère de libération jusque-là inconnue. N’affirmait-il pas : « Si vous demeurez dans ma parole ... vous connaîtrez la vérité et la vérité vous rendra libre ». Il a mis en garde ses disciples sur le fait que dans les siècles à venir, le plus grand obstacle à son évangile libérateur seraient « les séductions » manipulatrices des idéologies humaines (religieuses ou non). Ceux qui se sont engagés corps et âme à combattre les manipulations, ne peuvent que se réjouir de ce que les médias condamnent les pratiques d’une église « douteuse », comme celle, apparemment, de l’émission « Perdu de vue ». Mais la manière de présenter une information n’est jamais neutre, elle peut facilement exagérer certains points ou en minimiser d’autres ; elle peut aussi généraliser. C’est à dire, en prenant l’exemple de cette église, laisser supposer que toutes les églises évangéliques de Pentecôte agissent ainsi, puis généraliser à toutes les églises évangéliques à partir d’un incident retransmis avec une certaine ironie.

1) Qui sont ces évangéliques ?

Les « évangéliques » à l’échelle mondiale représentent entre 200 à plus de 350 millions de personnes selon les statistiques, et sont une part importante du protestantisme mondial (environ 60 %). Ils sont la tendance religieuse dominante dans plusieurs pays, pour ne citer que les USA et une partie de l’Europe du Nord. En France où ils sont en nombre beaucoup plus modeste que la proportion internationale, les chiffres varient de 200 000 à 400 000 pratiquants réguliers. Il n’existe pas de découpage qui rendrait compte de manière exacte de la réalité de ces églises à travers le monde. J’oserai risquer, pour simplifier, de distinguer trois grandes orientations :

- une tendance plus traditionnelle où se place une partie des plus anciennes dénominations du protestantisme : on y trouve les luthériens évangéliques, les anglicans évangéliques, les réformés évangéliques... Elles ont, pour la plupart, gardé une liturgie assez ancienne mais elles proclament un évangile vigoureux basé sur une étude réfléchie de la Bible ;

- une deuxième tendance regrouperait des églises de l’orientation précédente, mais qui ont choisi à tel moment de leur histoire, de marquer une certaine indépendance avec les grands « troncs » de la Réforme, indépendance au moins dans la manière d’exercer le culte ou la vie d’une église. Ce sont les évangéliques plus classiques comme les églises baptistes, libres, méthodistes, frères...

- une troisième orientation née principalement des « réveils pentecôtistes » du début du XXe siècle aux USA regroupe les églises de type « charismatique ». L’évangile a une place centrale, mais avec un accent particulier sur les dons et les guérisons.

Quelques dénominations parmi les évangéliques adhèrent au Conseil Oecuménique des Églises, un nombre plus important vit une forme de collaboration internationale dans le cadre d’un « œcuménisme évangélique » appelé les congrès de Lausanne-Manille, inspirés, entre autres, par Billy Graham, James Packer, John Stott...

2) Débordements et manipulation ?

Ces trois courants ont tous leurs points forts et leurs points faibles. Il faut reconnaître que, parfois, certains débordements favorisent le développement de la manipulation dans le sein de certaines églises marginales. Mentionnons quelques-uns d’entre eux :

- certaines églises extrémistes dans leurs tendances ;

- certaines églises ayant un leader avide de pouvoir et de reconnaissance. On pourrait y distinguer certains traits paranoïaques, comme un orgueil démesuré, une impossibilité pathologique à se remettre sérieusement en question, une « diabolisation » de tout ce qui ne va pas exactement dans le sens de ce leader... L’évangile, pour ces personnes, n’a atteint que les « couches superficielles de la psyché », d’où leur liberté d’entrer parfois dans des interprétations farfelues du message évangélique.

- certaines « micro-dénominations » hyper-structurées marquées dans leur histoire par des personnalités du type précèdent. Ces groupements auraient tendance à développer des systèmes de formation de leurs leaders qui s’apparenteraient à un certain lavage de cerveau. Mais ne nous y trompons pas, ces débordements favorisant la manipulation dans certaines églises évangéliques « boiteuses », ne sont malheureusement pas le propre du protestantisme, ni même de la religion. Nul transmetteur d’informations, de savoir, d’idéologie n’échappe au danger d’être un instrument manipulateur, d’où la nécessité de chercher des repères sûrs, et une humilité mêlée à une certaine prudence.

Répondre à cet article

4 Messages

  • > Évangile et manipulations ? 3 juillet 2003 10:35

    comment s’est terminée l’histoire alors ?il y a eu un procès ?

    repondre message

  • Évangile et manipulations ? 2 août 2007 14:09

    La réponse donnée, contenant la présentation des chrétiens « évangéliques » et leurs orientations, est d’abord honnête, équilibrée. L’ignorance du milieu évangélique par les journalistes est compréhensible mais quand elle se mêle à un parti pris ou à l’abandon d’une neutralité professionnelle, il est normal d’y répondre. Le ton de cette réponse plutôt informative est un bon exemple : l’information rectifie la désinformation. Je tiens donc à souligner en bien cette initiative de Reynald Kozycki.

    repondre message

    • Évangile et manipulations ? 28 septembre 2009 16:35, par colibri

      Bonjour,
      Je découvre votre site et l’article sur les manipulations mentales m’inspire deux questions :

      A qui peut-on s’adresser pour « dénoncer » des comportements de l’ordre de ceux que vous décrivez ou en contradiction flagrante avec l’esprit des évangiles ;

      Disposez-vous dans votre fédération d’un système de surveillance national ou internationale pour éviter les dérives sectaires et les comportements abusifs des pasteurs étrangers en mission sur le territoire français ?

      Avec mes remerciements, recevez mes salutations les plus respectueuses.

      repondre message


Nouveautés | Lettre de nouvelles | Écrivez-nous ! | SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |