Le portail des églises et associations protestantes de l’agglomération grenobloise adhérant au Réseau Fraternel Évangélique de France


CoeurNet (accueil) > Nos activités > Entretien avec Sylviane Théron

Entretien avec Sylviane Théron

pour la sortie de son CD « Saisons d’âme »

lundi 1er décembre 2003, par Webserviteur

Coeurnet a rencontré Sylviane THÉRON, une artiste chrétienne qui a longtemps fréquenté nos communautés de l’agglomération grenobloise, et qui vit maintenant avec sa famille à Valence.



Coeurnet : Comment t’es-tu intéressée à la musique, et qu’est-ce qui t’a fait devenir « auteur compositeur interprète » de musique chrétienne ?

Sylviane : Depuis toujours, j’avais des dons musicaux. Mes parents l’ont découvert tardivement, lorsque j’étais adolescente. J’ai d’abord étudié le piano classique. Lorsque je suis devenue chrétienne, je me suis intéressée à l’accompagnement, d’abord à la guitare, puis au piano.

Coeurnet : D’accord... mais tu aurais pu rester simplement une musicienne, exerçant tes dons dans ton église et dans diverses occasions comme les camps de vacances. Pourquoi avoir décidé de composer ?

Sylviane : Je n’ai pas vraiment « décidé » de composer... lorsque je le fais, c’est que « quelque chose me travaille » depuis quelque temps : musique et paroles viennent alors très vite.
En fait, pour moi, la musique est un mode d’expression de ce que je suis au plus profond de mon être. Je ne « décide » donc pas de composer : il m’arrive d’avoir de longues périodes sans composition.
Comme beaucoup de musiciens et d’artistes, j’ai une sensibilité à fleur de peau : sensibilité aux gens, aux situations, aux injustices, aux souffrances... et c’est souvent dans des moments difficiles que je « compose ».

Coeurnet : Après des années où tu avais seulement chanté « en live » au cours de soirées musicales, tu viens d’enregistrer ton premier CD, qui s’intitule « Saisons d’âme ». Pourquoi ce titre ?

Sylviane : L’âme a ses saisons, comme le temps, et ces chants veulent témoigner de la variété des « états d’âme », des « états de l’âme » que chacun d’entre nous est amené à traverser un jour ou l’autre.
Le printemps, c’est le retour de la vie après l’engourdissement de l’hiver. C’est la sève qui vient faire s’ouvrir les bourgeons, ce sont les fleurs qui percent entre les dernières plaques de neige, les oiseaux qui reviennent des pays chauds où ils avaient passé l’hiver. Le printemps, c’est la fraîcheur, la verdeur, l’espoir, l’élan de vie.
L’été, c’est le jaillissement de la vie dans toute sa puissance. C’est la saison où les fleurs s’épanouissent à profusion et embaument l’air de leur parfum, où les fruits mûrissent et développent leur arôme. L’été, c’est la joie, la plénitude.
L’automne, c’est le temps où les jours diminuent, où la fraîcheur arrive. Les fleurs perdent leur vigueur, les feuilles changent de couleur, du jaune au brun en passant par le rouge. La nature ralentit son rythme. La joyeuse exubérance de l’été s’est estompée. L’automne, c’est le doute qui vient, la tentation de commencer à hiberner, la remise en cause des certitudes, le regret du plein bonheur.
L’hiver, enfin, c’est l’engourdissement complet, le temps où l’on se recroqueville dans son abri en attendant des jours meilleurs. La nature a rangé ses couleurs, les oiseaux sont partis vers les pays chauds. L’hiver, c’est lorsque le froid et le doute nous envahissent, qu’on a seulement envie de se cacher, et que rien d’apparent ne laisse penser que la vie puisse reprendre son cours normal. Mais, même dans mes moments les plus sombres, il demeure toujours une petite lumière, l’espoir d’un renouveau... le retour du printemps.
Ces chants sont venus dans mon cœur à diverses périodes : chants de réflexion sur la vie, de joie, de mélancolie, de tristesse ou même de révolte.
Mais, à travers ces « états d’âme », j’espère pouvoir communiquer que, quels que soient nos sentiments, il existe Quelqu’un qui nous connaît mieux que quiconque, qui nous aime, et désire, à travers nos diverses expériences, nous enseigner ce qui est vraiment important dans notre vie trop souvent agitée.

Coeurnet : N’est-il pas difficile de fixer dans un enregistrement ce qu’on est habitué à transmettre en « cœur à cœur ? »

Sylviane : Oh si ! Au début des enregistrements, j’avais du mal à « rentrer » dans la logique de décomposition, presque de « dissection », pour obtenir les différentes « pistes » : voix, instruments, etc.
Et puis c’est tellement frustrant de chanter dans un micro... sans aucun public devant soi, à qui transmettre le message qui nous tient à cœur.

Coeurnet : Quel mode de diffusion as-tu choisi ?

Sylviane : J’ai fait enregistrer ce CD « à compte d’auteur », c’est-à-dire sans qu’une maison de production soit derrière moi, et assure donc ensuite la diffusion.
Il était en effet essentiel pour moi que je puisse rester libre d’exprimer qui je suis et ce que je veux dire, sans devoir tenir compte de ce qui se vend et de ce qui ne se vend pas, du « marché potentiel », etc.
Je diffuse le CD par connaissance, auprès d’amis et de connaissances, en espérant que son message fera du bien à ceux qui l’entendront. Si, à leur tour, les auditeurs souhaitent le faire connaître autour d’eux, je m’en réjouis... mais je n’ai pas pour but de faire de l’argent par ce moyen.
Si un jour (ce qui n’est pas certain !) la vente du CD devenait bénéficiaire, les profits seront réinvestis dans la préparation d’un 2e CD, l’organisation de soirées musicales et l’entretien de mon matériel de sonorisation. Mon mari a créé une association, l’APAMS, dans ce but.

Coeurnet : Quels sont tes projets pour l’avenir ?

Sylviane : L’avenir ne m’appartient pas, il n’appartient qu’à Dieu...
Mais disons que je souhaite le servir comme il le désire, et pour le moment il me semble que je dois continuer : animer des soirées musicales, et peut-être enregistrer un 2e CD.
J’ai déjà assez de compositions pour cela, mais il me faut travailler à fond ces chants pour être en mesure de les utiliser.

Coeurnet : Merci, Sylviane, pour cet entretien, et bon courage pour la suite !

Si vous souhaitez organiser une soirée musicale, vous procurer le CD « Saisons d’âme » ou simplement être informé(s) du ministère musical de Sylviane THÉRON, n’hésitez pas à la contacter à l’adresse « mail » suivante : sylviane.theron wanadoo.fr.

Répondre à cet article


Nouveautés | Lettre de nouvelles | Écrivez-nous ! | SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |