Le portail des églises et associations protestantes de l’agglomération grenobloise adhérant au Réseau Fraternel Évangélique de France


CoeurNet (accueil) > En avoir le coeur net... > Témoignages > Comment Rohani a rencontré Isa al-Masih (Jésus)

L’histoire d’une jeune réfugiée iraquienne qui voulait comprendre les signes de Dieu

Comment Rohani a rencontré Isa al-Masih (Jésus)

Auteur anonyme, raconté par J. W.

lundi 8 octobre 2007, par Webserviteur


Rohani, ce qui signifie ‘remplie de l’Esprit de Dieu’, se présente à moi un matin, alors que je rentre dans la classe.
Malgré les ravages dans sa vie à Bagdad, et le voyage mouvementé à travers le désert pour atterrir dans un camp de réfugiés en Jordanie, elle a une beauté profonde et résolue.
‘Je suis musulmane’, m’informe-t-elle. Elle redresse sa silhouette d’elfe dans une manifestation de dignité qui l’élève au dessus de la réalité de sa vie et de la perte de tout ce qu’elle a jamais aimé. Mon cœur est touché par sa force et sa détermination, et se brise en pensant à combien elle est perdue, aussi bien physiquement que spirituellement.
‘Je suis un véritable croyant’, lui dis-je alors que les autres étudiants rentrent dans la classe et prennent leur place. Palestiniens et Iraquiens, ils s’assoient et regardent de leurs yeux vides enfoncés dans des visages creux. Des expressions de désespoir suivent mes moindres mouvements.
‘Qu’est-ce qu’un véritable croyant ?’, demande Rohani.
‘Tu doit apprendre beaucoup de choses’, lui dis-je. ‘Après la classe nous pouvons parler de cela, mais auparavant, tu as besoin d’anglais et d’informatique.’
‘La croyance vient en premier’, me répond-elle avec assurance. ‘Tout le reste est secondaire.’
Elle est une jeune femme selon les standards américains, peut-être 28 ans, mais presque une vieille fille selon sa culture. Le voile violet qui lui couvre la tête pend négligemment autour de son visage bronzé. Ses yeux sont sauvages et sombres. Je frissonne en pensant aux choses dont ils ont été témoins. Et pourtant, elle parle de l’importance de la croyance.
Je repousse le défi jusqu’à ce que la classe soit terminée. Lorsqu’elle refuse de sortir alors que la pièce se vide, j’acquiesce. ‘Qu’est-ce qu’un vrai croyant dans ta religion ?’, je lui demande.
‘Quelqu’un qui croit dans les signes de Dieu,’ me répond-elle.
Je suis surpris. Je m’attendais à la réponse habituelle concernant la prière et les bonnes œuvres.
‘Les signes ?’, je demande. ‘Quels signes ?’
‘Les signes’, répète-t-elle, comme si elle était frustrée de mon ignorance. ‘Dieu nous donne des signes pour le comprendre. Comme le signe de l’arche de Noé.’
Je suis maintenant véritablement étonné. ‘Et qu’est-ce que le signe de l’arche de Noé te dit à propos de Dieu ?’
Elle baisse les yeux et secoue la tête. ‘Je ne sais pas vraiment. Je n’arrive pas à le comprendre. Mais quoi que cela veuille dire, je le crois.’ Comme elle s’accroche à sa foi avec ténacité, et pourtant celle-ci est incomplète, vide.
Nous nous mettons d’accord pour nous rencontrer le jour suivant pour parler davantage. Je lui demande d’écrire tous les signes de Dieu qu’elle connaît, afin que nous puissions en discuter.

 Déchiffrer les signes

Le lendemain, nous sommes assises autour d’une petite table de plastique au centre du camp de réfugiés. C’est le seul endroit qui nous permet de nous rencontrer et parler en public, sans représailles.
‘Voici ma liste’, dit-elle en poussant vers moi un morceau de papier plié, évitant ainsi soigneusement de toucher ma main.
En lisant la liste, écrite dans une belle écriture arabe, des 10 signes de Dieu selon l’Islam, je suis impressionné. J’écris une rapide réorganisation de la liste, plaçant les sept signes les plus significatifs dans l’ordre dans lequel ils apparaissent dans la Bible. Je repousse le papier vers elle. ‘Lis moi ceci.’
Elee étudie ma liste réordonnée et sourit. ‘Le premier signe est la couverture de justice que Dieu promet à Adam à travers la venue de la Parole de Dieu et la Miséricorde de Dieu. Le second est le signe de l’arche de Noé.’ Elle regarde vers moi, comme si elle cherchait la signification, puis continue. ‘Le troisième signe est le signe du khitan (circoncision) donnée à Abraham, le quatrième est le signe de la protection et la délivrance de Moïse hors d’Egypte. Le cinquième est le Zabbour (les Psaumes de David).’
‘Comprends-tu aucun de ces signes ?’ je lui demande.
‘Non,’ dit elle, l’air embarrassé.
‘Lis les deux derniers signes.’
‘Le sixième est le signe de Younous (Jonas) et le dernier est le signe de Isa (Jésus).’
Je ne peux retenir mon excitation. ‘Comprendre ces signes spéciaux t’apportera la plus grande joie que tu connaîtras jamais dans ta vie, Rohani. La plus grande joie !’
Elle rit de mon enthousiasme, puis redevient sérieuse. ‘Ces signes ont été dans notre culture depuis un millier d’années mais ne nous ont apporté aucune joie. Je veux les comprendre—pour comprendre la joie.’
‘Si tu le permets, je te montrerai la signification de ces signes. Ils sont chacun pleinement expliqué dans la Bible.’
Le jour suivant nous commençons notre étude. La simple possibilité de la joie a éclairé son visage. Elle place le Qur’an sur la table en plastique, et j’y ouvre la Bible.
Elle évite mes essais de conversation polie ; elle a hâte de commencer. ‘La nuit dernière, j’ai lu tout ce que j’ai pu sur ces sept signes, mais leur signification n’est pas claire. Le Qur’an les mentionne juste et dit que tous les vrais croyants les accepteront et seront changés par eux. Que dit votre Saint Livre ?’
Je commence avec l’histoire d’Adam, et lui montre la chute de l’humanité.
‘Oui, nous avons cela,’ dit-elle avec excitation. ‘Adam essaie de couvrir sa honte avec des feuilles, mais Dieu n’accepte pas cela. Alors Dieu dit qu’il fournira une couverture pour la honte de l’homme et la femme, et que cette couverture sera Sa Justice. Il dit qu’elle viendra à travers Sa Parole et sa Miséricorde. Qui est cette Parole et cette Miséricorde, et comment viendra-t-elle ?’
Je lutte pour arriver à suivre ses questions. Je suis stupéfait qu’elle en sache tant. ‘Est-ce que le Qur’an dit qui est cette Parole et cette Miséricorde ?’, je lui demande.
‘Seul Isa (Jésus) est appelé la Parole et la Miséricorde de Dieu dans le Qur’an,’ dit-elle. ‘Mais qu’est-ce que cela veut dire ?’

 La rédemption révélée

Pendant les deux mois suivants, Rohani et moi nous rencontrons pour étudier les signes de Dieu. Je m’émerveille de la façon dont Dieu l’approche, et j’apprécie davantage tout ce que Dieu a placé dans sa culture pour la conduire à Lui.
Je lui explique que le signe de Dieu qui recouvre Adam—et tous les personnes perdues—de sa justice est une promesse concernant ce que Dieu allait faire pour l’humanité. Le signe de l’arche est une autre image de Dieu offrant un moyen d’échapper à la destruction. Tout cela, au travers de sa miséricorde et de sa grâce.
Le signe de la circoncision, la protection et la délivrance de Moïse, et les Psaumes de David sont des images de la façon dont Dieu va accomplir cette tâche. Il le fera au travers des descendants d’Abraham, par le sang du sacrifice, à travers un descendant spécifique de la lignée de David.
Et les deux derniers signes expliquent au travers de qui Dieu accomplira cette tâche de nous recouvrir de Sa Justice. Le Signe de Jonas démontre que Celui qui vient comme le Juste passera 3 jours et trois nuits dans le ventre de la terre. Tout culmine avec le dernier signe de Jésus, la Parole et la Miséricorde de Dieu.
Rohani est surprise. ‘Est-ce que cela veut dire que Dieu a couvert mes péchés et ceux de mon peuple avec la mort et la résurrection d’Al-Massiah (le Messie) ?’
‘Oui. Mais tu dois accepter ce signe, le don de Dieu. Comme tu l’as dit, un véritable croyant accepte les signes de Dieu et il est changé par eux.’
‘Je veux être une vraie croyante,’ dit-elle, mais elle est triste.
‘Il y a tant à réfléchir’. Cela veut dire que le Christ devait mourir à cause de moi.’ Elle se met à pleurer. ‘J’ai besoin de temps pour réfléchir à cela. Je ne crois pas que ma vie vaille un tel sacrifice.’
Avant que je puisse dire un mot, elle rassemble ses affaires et s’en va.
La semaine suivante, Rohani est transférée dans le nord de la Jordanie, près de la frontière syrienne. Je ne peux pas y aller, et je ne connais pas de croyants travaillant là-bas.

 Les véritables croyants

Presque une année se passe, et je déménage à un autre endroit. Là-bas, je reçois une lettre. Elle est de Rohani, et m’est envoyée par un américain qui l’a rencontrée.
La lettre est un seul paragraphe, parlant essentiellement de son mariage à venir avec un homme merveilleux :

« Il est iraquien, et je l’aime beaucoup. Tu seras heureux d’apprendre que tous les deux, nous avons accepté le signe de Christ, et sommes maintenant couverts par sa justice. Il a parlé à nos cœurs, et nous lisons la Bible ensemble chaque jour. Merci de m’avoir enseigné ces choses. J’espère pouvoir aider beaucoup de mes concitoyens à comprendre et accepter le Christ.
Salutations, Rohani, celle qui est remplie de l’Esprit. »

La rédemption est le rachat de quelque chose qui a été perdu, au travers du paiement d’une rançon. Dieu a racheté le retour de Rohani à la vie et la joie par la rançon de Isa, et un jour, elle se tiendra dans sa présence pour l’éternité.

P.-S.

"Utilisé avec la permission du Discipleship Journal. Copyright © (2006), Les Navigateurs. Utilisé avec la permission de NavPress. Tous droits réservés.

Pour vous abonner, visitez www.discipleshipjournal.com ou appelez +1 (800) 877-1811."

Répondre à cet article

2 Messages

  • Comment Rohani a rencontré Isa al-Masih (Jésus) 12 novembre 2011 18:51, par Emma NOUR

    Comment une personne « Issa Al-Massih » qui n’a pas été consultée au préalable, peut-elle supporter tous les péchés de l’humanité ? C’est injuste, d’autant que cette personne est innocente. Chaque humain doit payer pour ses péchés, chacun doit supporter les conséquences des ses actes bons ou mauvais. C’est trop facile de sacrifier une personne et lui imputer les malheurs de notre monde. Le prophète Jésus a été crucifié seulement parce qu’il a transmis la religion, la sagesse, la tolérance, la solidarité humaine...mais en aucun cas, il ne paiera les péchés de l’humanité. Le Créateur l’a envoyé pour humaniser l’Etre humain et non pour endosser ses péchés. Le jour du jugement dernier, chacun devra répondre de ses actes devant DIEU.

    repondre message

    • Comment Rohani a rencontré Isa al-Masih (Jésus) 14 novembre 2011 13:57, par Alain Wittmann

      Bonjour Emma Nour, et merci pour ton message. Il y a plusieurs points intéressants que je voudrais relever dans ton message.

      Tu reconnais à Jésus le titre de prophète (une personne envoyée par Dieu vers les hommes avec un message de sa part), et même de Messie (choisi par Dieu, revêtu de l’autorité prophétique, royale ou de grand prêtre). La venue de Jésus le Messie (Issa-Al-Massih) a été promis par les prophètes longtemps avant sa naissance, et ceux-ci ont parlé de sa mission. Notons simplement ce qu’ont dit de Lui le prophète Ésaïe, envoyé 700 ans avant Jésus-le-Messie :

      Mais c’est pour nos péchés qu’il a été percé, c’est pour nos fautes qu’il a été brisé. Le châtiment qui nous donne la paix est retombé sur lui et c’est par ses blessures que nous sommes guéris. (Esaïe 53:5).

      Le prophète Jean-Baptiste (Yahya) présente ainsi Jésus à ses disciples :

      Le lendemain, Jean aperçut Jésus qui se dirigeait vers lui ; alors il s’écria : « Voici l’Agneau de Dieu, celui qui enlève le péché du monde ». C’est de lui que je vous ai parlé lorsque je disais : « Un homme vient après moi, il m’a précédé, car il existait avant moi. » (Jean 1:29-30)

      Jean faisait allusion au sacrifice ordonné par Moïse (Moussa) d’un agneau sans tâche, une fois par an pour la fête de Pâques, afin d’ôter le péché du peuple d’Israël.
      Voici ce qu’ont annoncé deux grands prophètes à propos de Jésus-le-Messie.

      Il te parait impossible que Jésus ait été envoyé à la mort à son insu, sacrifié malgré lui pour effacer les péchés de l’humanité, et porter tous les malheurs du monde. En un sens, tu as raison, cela ne pouvait pas se passer à son insu. Mais voyons ce que dit Jésus-le-Messie de sa mission sur cette terre :

      « Si le Père m’aime, c’est parce que je donne ma vie ; mais ensuite, je la reprendrai. En effet, personne ne peut m’ôter la vie : je la donne de mon propre gré. J’ai le pouvoir de la donner et de la reprendre. Tel est l’ordre que j’ai reçu de mon Père. » (Jean 10:17-18)

      A partir de ce jour, Jésus commença à exposer à ses disciples qu’il devait se rendre à Jérusalem, y subir de cruelles souffrances de la part des responsables du peuple, des chefs des prêtres et des spécialistes de la Loi, être mis à mort et ressusciter le troisième jour. (Mathieu 16:21)

      Jésus était parfaitement conscient que sa mission était de donnée sa vie en sacrifice, et c’est volontairement qu’il est allé jusqu’au bout du don de soi, jusqu’à mourir de cette mort horrible sur la croix. Mais n’oublie pas qu’il n’est pas resté au fond du tombeau, il est ressuscité.

      Tu dis que chaque humain doit payer pour ses péchés, que chacun doit supporter les conséquences de ses actes bons ou mauvais, que le jour du jugement dernier, chacun devra répondre de ses actes devant DIEU. C’est vrai, dans le sens que nul homme ne peut offrir de porter les péchés d’un autre, car il doit porter la peine de ses propres péchés. Mais qu’est-ce que le péché ? As-tu réalisé quelle est la peine encourue par nos péchés ? Que dis l’Evangile à ce sujet ?
      Jésus a enseigné à ses disciples :

      « Votre Père céleste est parfait. Soyez donc parfaits comme lui. » (Mathieu 5:48)

      La Bible enseigne que « tous ont péché et sont privés de la glorieuse présence de Dieu » (Romains 3:23), c’est à dire que nul pécheur ne peut espérer se présenter devant le Dieu Créateur et glorieux, et que « le salaire du péché, c’est la mort » (Romains 6:23), c’est à dire la séparation éternelle d’avec Dieu. Est-tu prête à subir la juste punition de Dieu que méritent tes péchés ?

      Enfin, tu reconnais que Jésus est innocent. As-tu remarqué que cela est unique dans l’histoire de toute l’humanité ? Aucun prophète ne peut prétendre être sans péché, seul Jésus est reconnu comme étant sans péché par tous ceux qui l’ont connu, et aujourd’hui, par les chrétiens comme par les musulmans. Comment est-ce possible ? Je t’encourage à lire l’Évangile (Injil) pour le découvrir. En tout cas, c’est la clé pour comprendre son sacrifice : seul un homme parfaitement innocent pouvait offrir sa vie en sacrifice pour l’humanité.

      repondre message


Nouveautés | Lettre de nouvelles | Écrivez-nous ! | SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |