Le portail des églises et associations protestantes de l’agglomération grenobloise adhérant au Réseau Fraternel Évangélique de France


CoeurNet (accueil) > En avoir le coeur net... > A chacun sa vérité… mais en êtes-vous bien sûrs ? > Entre la souffrance et le plaisir, lequel nous empêcherait le plus de croire (...)

Entre la souffrance et le plaisir, lequel nous empêcherait le plus de croire en Dieu ?

vendredi 18 janvier 2013, par Jean-Luc Tabailloux


La souffrance est-elle vraiment la raison majeure pour laquelle les gens ne peuvent croire en Dieu ? « Si Dieu existe, alors pourquoi tant de souffrance ? » Combien de fois n’ai-je pas entendu cette récrimination ?

Cette souffrance, c’est ce qui faisait dire à Jean-Paul Sartre, philosophe existentialiste athée : la vie est absurde ! Pour lui l’existence n’avait aucun véritable but qui vaille la peine d’être vécu.

Il y a pourtant en chacun de nous une boussole qui cherche le vrai nord, qui cherche un sens absolu à notre existence… Ne serait-ce pas parce qu’il y en a un ?

Quand on examine la vie des riches, puissants et nantis de ce monde, on est surpris de voir qu’un certain nombre vivent dans un désespoir et une misère morale effrayants. Considérez la fin de Michael Jackson, drogué aux amphétamines et antidépresseurs ; celle d’Amy Winehouse, morte d’overdose ; ou même de Marco Pantani, ce champion cycliste italien qui est mort peu après le sommet de sa gloire, d’overdose lui aussi.

N’avaient-ils pas tout pour être heureux : la beauté, la richesse, parfois la jeunesse, la gloire et tous les plaisirs que l’argent et la célébrité peuvent vous acheter ? N’avaient-ils pas tout pour jouir un maximum et souffrir un minimum, comme le dit le credo de cette génération ? Et pourtant ils sont morts de manière misérable, souvent dans une solitude effroyable.

Dans un certain sens, ne pourrait-on pas dire qu’ils sont tous morts non pas d’une overdose de souffrance, mais de plaisir ?

Ce n’est pas l’excès de souffrance qui a créé le vide et le sentiment d’absurdité dans leur vie. Le vrai problème n’est-il pas plutôt qu’ils avaient fait de la poursuite du plaisir le but de leur vie ? Malheureusement une fois arrivés à leur fin, ils se sont rendu compte qu’au sommet il n’y avait rien de plus. Le culte du plaisir ne peut satisfaire l’âme humaine. C’est un faux dieu. Une idole qui vous laisse tomber alors que vous lui avez tout sacrifié.

Que ce soit votre conjoint, vos enfants, vos amis, votre santé et surtout votre conscience. Une conscience souvent anesthésiée ou sacrifiée il y a longtemps sur l’autel de tous les compromis pour atteindre ce faux sommet.

Ça me rappelle cette expérience faite sur des chimpanzés, sur les cerveaux desquels on avait branché une électrode stimulant la partie du cerveau dévouée au plaisir. Ils pouvaient l’actionner à volonté. Résultat ils sont morts de faim en délaissant la nourriture qu’on leur présentait journellement.

Alors, la souffrance est-elle vraiment la raison majeure pour laquelle les gens ne peuvent croire en Dieu ?

Une vie dévouée au plaisir sans limites produit une vie sans but. Et ça c’est le désespoir, une souffrance indescriptible, un vide immense où plus rien n’a d’importance. Voilà ce que peut produire une vie vécue dans la négation de Dieu et de ses buts pour sa création. Voilà pourquoi le roi Salomon, lui qui avait tout vu et tout fait, comme on dit, a conclu sa vie en disant : « souviens-toi de ton créateur pendant les jours de ta jeunesse, avant que les jours mauvais arrivent et que les années s’approchent où tu diras : Je n’y prends point de plaisir. » (Ecclésiaste 12:1)

Répondre à cet article

1 Message

  • D’après mon expérience, c’est même, souvent, la souffrance qui amène à Dieu.
    Et c’est toujours quand tout va mal (et qu’on a mal) que l’on cherche la vérité, le sens de la vie....
    On comprend que quelque chose manque dans notre vie ! C’est aussi ce moment qu’attend l’adversaire pour nous servir une demi-vérité, mélangée à un gros mensonge !
    D’où tant d’adeptes du « New Age », du bouddhisme etc..
    Christ nous a mis en garde : il faut que vous souffriez un temps.....après vient la récompense. Et, il nous l’a montré. Celui qui cherche le plaisir, cherche le monde et, tôt ou tard, est las et triste, car sans nourriture spirituel.

    repondre message


Nouveautés | Lettre de nouvelles | Écrivez-nous ! | SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |