Le portail des églises et associations protestantes de l’agglomération grenobloise adhérant au Réseau Fraternel Évangélique de France


CoeurNet (accueil) > En avoir le coeur net... > A chacun sa vérité… mais en êtes-vous bien sûrs ? > Pourquoi le ciel est-il noir la nuit ?

Pourquoi le ciel est-il noir la nuit ?

Évidence, ou signe d’un univers créé ?

lundi 3 décembre 2012, par Jean Igor Wolga

Il semble évident que, puisque la terre tourne autour du soleil et sur elle-même, il fait nuit lorsque le Soleil se trouve de l’autre côté de la Terre, et que la nuit est noire puisque le soleil ne nous éclaire plus. Et pourtant pour les scientifiques, la réponse à cette question n’est pas évidente, surtout dans l’hypothèse d’un univers non créé, infini et éternel.


Déjà en 1610, Kepler s’était interrogé sur le secret de la nuit noire. Il se disait que si l’univers était infini, le ciel nocturne, quand le Soleil éclaire l’autre côté de la Terre, devrait être aussi brillant que le jour. Un univers infini devrait contenir une infinité d’étoiles aussi brillantes que le Soleil. Kepler a conclu que la nuit noire signifiait que l’univers n’était pas infini.

En 1923, l’astronome Heinrich Olbers s’est interrogé sur ce paradoxe de la nuit noire, en disant que si l’univers était infini et rempli d’une infinité d’étoiles, le regard devrait toujours rencontrer une étoile, où qu’il se tourne.

L’astrophysicien américain Trinh Xuan Thuan a écrit : « Nous tenons aujourd’hui l’explication de ce paradoxe : l’univers a eu un commencement, et le nombre de galaxies dont la lumière a eu le temps de parvenir jusqu’à nous n’est pas infini. »

Le canadien Hubert Reeves explique en d’autres termes qu’il y a un très grand nombre de photons dans l’univers. D’après lui, si l’univers était infini et existait depuis toujours, il y aurait tellement de photons dans l’univers que le ciel serait lumineux la nuit.

La nuit noire nous conduit donc à admettre que l’univers a eu un commencement. Cette idée paraissait absurde autrefois. Mais petit à petit cette notion révolutionnaire de commencement de l’univers s’est imposée au cours du 20e siècle. L’astronome Edwin Hubble découvrit en 1929 que plus les galaxies étaient éloignées, et plus leur spectre lumineux était décalé vers le rouge. Cette constatation donna naissance à la théorie de l’expansion de l’univers, laquelle a donné naissance à la théorie du « Big Bang ». Cette théorie ne cesse de se vérifier par les observations astronomiques faites avec des télescopes de plus en plus puissants et les sondes spatiales. Selon cette théorie du « Big Bang », l’univers est né comme une explosion d’énergie, qui est devenue plus tard de la matière, à partir d’un état initial où il était infiniment petit, infiniment dense et infiniment chaud. La sonde WMAP lancée en 2001 nous a envoyé l’image du rayonnement fossile de l’univers, qui est véritablement le reflet du « Big Bang ». L’univers s’est étendu non pas dans un grand espace vide, puisqu’il n’y avait pas encore d’espace ni de temps, mais dans un espace qu’il a formé par sa propre expansion. Le temps et l’espace ont été créés en même temps que l’univers.

Alors quelle conclusion en tirer ? L’univers a donc eu un commencement. Il est donc tout à fait raisonnable de penser qu’il a été créé, et qu’il y a donc un Créateur. Comme nous le montre la science, la première œuvre du Créateur a été la lumière, comme cela est dit dans le livre de la Genèse dans la Bible, qui est le récit des origines. Effectivement, ne dit-elle pas dans sa première page « Au commencement Dieu créa les cieux et la terre » et « Dieu dit : Que la lumière soit ! et la lumière fut » ?

Dr. Jean Wolga

P.-S.

Article librement adapté, à partir de diverses sources internet, presse ou autres.

Répondre à cet article

1 Message


Nouveautés | Lettre de nouvelles | Écrivez-nous ! | SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |