Le portail des églises et associations protestantes de l’agglomération grenobloise adhérant au Réseau Fraternel Évangélique de France


CoeurNet (accueil) > En avoir le coeur net... > Témoignages > 40 ans de mariage — Suzanne

40 ans de mariage — Suzanne

Témoignage de Suzanne, à l’occasion des 40 ans de mariage avec Jean-Noël

mercredi 29 août 2012, par Suzanne Lechelt

Sans vouloir remonter à notre enfance, je dirais simplement que nous avons eu
tous les deux une enfance difficile. Nous nous sommes mariés très jeunes (21
et 20 ans), croyant pouvoir vivre le parfait bonheur. Nous nous aimions
follement, mais ne cessions de nous déchirer au quotidien.


Sandrine, Nadège et Benjamin sont arrivés dans notre foyer. Quels cadeaux ces enfants, même si j’avais l’impression de les assumer seule car J.N. travaillait beaucoup. Mais j’avais la joie et j’aimais mon métier de maman.
Au bout de 9 ans de mariage, je me sentais déçue, usée, incomprise, mal
aimée...

Je croyais en Dieu depuis mon enfance, mais je ne le connaissais pas
personnellement. Alors j’ai crié à Lui, étant à bout de ressource, avec des
pensées de divorce.

Dieu a répondu à ma prière. J’ai réalisé qu’Il était vivant en Jésus-Christ et
qu’Il avait porté mes péchés, mes souffrances, mes attentes en mourant sur la
croix pour moi. Je vivais une nouvelle naissance spirituelle. C’était merveilleux !

En acceptant cet amour inconditionnel du Seigneur, j’ai compris que je devais
aimer mon mari tel qu’il était ! Mais comment ? Trop de choses nous
séparaient. Tous nos problèmes d’enfance surgissaient.

Pendant 7 ans et demi, j’ai été rejetée et persécutée pour ma foi par mon
conjoint. C’était très dur, mais j’étais fortifiée dans ma relation avec Dieu dont
je sentais la présence constante. Et je savais qu’Il sauverait notre couple. Je
vivais en espérance et me ressourçais quotidiennement dans Sa Parole, la Bible, que je lisais en cachette. C’était vraiment une nourriture pour mon âme.
J’ai désiré un autre enfant et Myriam est née en 1982. Mes enfants étaient ma
joie.

J’avais la chance de ne pas être obligée de travailler à l’extérieur. Mon
mari pourvoyait à tous nos besoins. Je pouvais m’appuyer sur ses qualités de travailleur et sur sa fidélité. Grâce à ses dons de bricoleur nous avions acheté une maison qu’il a entièrement rénovée. Comme j’avais un mari précieux !

Un jour particulièrement sombre, j’ai reçu cette parole : « Si tu crois, tu
verras la gloire de Dieu » (C’est dans Jean 11, le verset 40) Alors que je priais
instamment pour la conversion de Jean Noël, j’ai demandé pardon à Dieu pour
mon impatience. « D’accord Seigneur, même si je dois attendre 20 ans, que Ta
volonté soit faite et non la mienne. » Quelques mois après, j’ai vu la gloire de
Dieu dans la conversion de mon mari.

Comme J.N. s’est converti au cours d’un stage B.A.F.A., nous avons démarré
un groupe de louveteaux et d’éclaireurs à Domène avec d’autres amis. Pendant
quelques années, nous nous sommes donnés à fond et dans la joie pour tous ces enfants. Entre temps, Jérémie est né (c’était le vœu de Jean-Noël) Ce 5e
enfant était une grande joie pour nous deux.

En 89, Dieu nous a montré d’arrêter les Éclaireurs et Louveteaux pour donner
priorité à la construction de notre couple, car nos problèmes n’étaient pas
réglés. Ça a été très dur, car nous aimions ce que nous faisions, et nous étions
valorisés dans cette activité.

Nous avons donc fait un camp famille avec l’association Famille Je t’Aime
(qui a à cœur les couples et les familles) ; c’était au Col des Mosses, en Suisse.
Là nous avons appris à communiquer, à gérer nos conflits, à nous enrichir de
nos différences, à nous pardonner l’un l’autre, à surmonter ensemble les
difficultés et les épreuves de la vie...

On commençait juste à se comprendre à presque 20 ans de mariage !
Nous avons aussi eu un enseignement sur l’éducation des enfants. Quel
enrichissement et quel encouragement malgré les constats d’erreurs !
Certes, après la descente de la montagne où tout ce que nous avions entendu
était merveilleux, il fallait vivre au quotidien ce que nous avions appris. Cela
n’a pas été facile, mais j’avais l’assurance que Dieu nous aiderait à la
reconstruction de notre couple. Quel encouragement à continuer ensemble à
apprendre à s’aimer toujours plus.

La relation de couple ne va pas de soi. Elle est fragilisée par l’égoïsme,
l’incompréhension, la lassitude. C’est qu’en fait, toute vie de couple
authentique où se mêlent désir, amour, projets de vie et responsabilité est
toujours à faire et refaire.

Le couple est une vocation où s’exprime la volonté créatrice de Dieu. La vie à
deux est à recréer chaque jour.

C’est important de reconnaître notre besoin d’aide, dès que cela ne va pas. Ne
pas attendre qu’il soit trop tard . Reconnaître aussi son besoin de changer,
même si l’autre n’est pas encore prêt.

Comme je suis reconnaissante au Seigneur d’avoir mis sur ma route, au bon
moment, les personnes qui m’ont aidée et je les remercie encore.
Aujourd’hui, nous pouvons dire que « L’Eternel a fait pour nous de
grandes choses, nous sommes dans la joie. » (Psaume 126,
verset 3)

Nos enfants ont quitté le nid et fondé leur propre foyer depuis plusieurs
années. Nous avons maintenant 10 enfants dont 5 valeurs ajoutées, et bientôt 8 petits enfants. Quelle bénédiction, quel privilège !

Nous abordons maintenant cette nouvelle vie de retraite à laquelle il faut
s’adapter. Chaque période de la vie est une aventure passionnante. Combien je
rends grâce à Dieu de tout ce que j’ai appris. Combien il est bon de s’aimer
encore et encore, dans la Paix, l’harmonie, la joie, et même les conflits qui
nous font grandir. Combien il est précieux d’être encore ensemble pour vieillir
jusqu’à ce que la mort nous sépare.

Même à ce moment là, nous ne serons pas seuls. Nous avons l’assurance que
Dieu nous prépare une place, là haut, dans son royaume, où il n’y aura plus
de larmes, plus de souffrance, plus d’injustice, mais seulement sa présence et son amour.

En attendant ce jour, nous pouvons jouir l’un de l’autre et nous recevoir
comme un cadeau quotidien.

Je prie que chaque couple ici puisse connaître la grâce de Dieu, afin de se faire
grâce l’un l’autre.

Je termine avec cette parole d’espérance. :

« Car je connais les projets que j’ai formés sur vous, dit le Seigneur, projets de paix et non de malheur, afin de vous donner un avenir et de l’espérance ».
(Jér. 29 : 11)

P.-S.

Voir aussi le témoignage de Jean-Noël : 40 ans de mariage — Jean-Noël

Répondre à cet article

1 Message


Nouveautés | Lettre de nouvelles | Écrivez-nous ! | SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |