Le portail des églises et associations protestantes de l’agglomération grenobloise adhérant au Réseau Fraternel Évangélique de France


CoeurNet (accueil) > En avoir le coeur net... > Témoignages > Jusqu’au jour où Dieu s’est invité dans ma vie, je n’avais pas pas trouvé le « (...)

Témoignage de Jérôme à l’occasion de son baptême :

Jusqu’au jour où Dieu s’est invité dans ma vie, je n’avais pas pas trouvé le « mode d’emploi de la vie et du bonheur »

mardi 8 mars 2011, par Jérôme


Je suis né dans une famille catholique, j’ai été baptisé et j’ai reçu une instruction religieuse classique qui m’a plutôt laissé de bons souvenirs : rencontres entre jeunes de l’aumônerie, camps sportifs l’été, veillées, mais aucun souvenir de Dieu !
J’ai eu une adolescence « dorée » mais j’étais plutôt rebelle : j’ai eu tout ce que je voulais de la part de mes parents, enfin, surtout d’un point de vue matériel. Cette sensation de posséder me rendait tout puissant et j’étais devenu, sans m’en rendre compte à l’époque, dépendant de l’argent, ou plutôt de son pouvoir.

Puis, j’ai eu envie d’une vie « normale ». J’ai rencontré Isabelle et nous nous sommes mariés assez vite. Maxime, notre 1er enfant, est arrivé dans notre foyer. Puis la première maison et la première voiture. Mais, malgré toutes ces belles choses qui illuminaient ma vie, je ne me sentais pas satisfait, je n’arrivais même pas à en profiter et je ressentais toujours comme un manque. Alors, je comblais ce manque par l’acquisition de toujours plus de biens matériels dont j’étais persuadé avoir besoin pour connaître le bonheur (Et ce n’était pas n’importe quel bien matériel : nouvelle voiture, nouvelle maison, …). Et à chaque fois, c’était la même chose : la joie de posséder ces biens était de courte durée et je retombais dans un état de mélancolie qui me rendait triste et irritable.

C’est bien plus tard, vers 35 ans, que j’ai réalisé que ce manque signifiait tout simplement une peur de l’avenir, comme si je n’avais pas « reçu le mode d’emploi de la vie » comme je me le disais souvent. Je me suis mis à rechercher « ce mode d’emploi de la vie et du bonheur » dans des livres sur le Bouddhisme, la pensée positive, sans jamais y trouver une réponse satisfaisante ni définitive.

Jusqu’au jour où Dieu s’est invité dans ma vie, par une porte dérobée, « à l’insu de mon plein gré » comme dirait un certain sportif. C’était il y 8 ans. Alors qu’Isabelle allait au culte au CEP depuis plusieurs semaines, je décidai de l’accompagner, intrigué que j’étais par les changements que je commençais à voir chez Isabelle. Ce jour là, il s’est passé un truc incroyable : en entendant les chants de louange, une émotion très intense me submergea et je me suis mis à pleurer sans pouvoir contrôler quoi que ce soit. Que m’arrivait-il, moi qui avait toujours tout contrôlé dans ma vie ! Les jours qui suivirent, je me sentais bien mais sans savoir que Dieu était derrière tout ça.

Puis le temps a passé et je me suis mis à aller au culte, plutôt pour faire plaisir à Isabelle que par envie ou conviction, et en plus, sans grande régularité. En même temps, je continuais à entendre parler de Dieu à différentes occasions : Études biblique avec le pasteur Brad et sa femme Catherine, discussions avec Brad lors de randonnées et même temps de partage autour de la Bible avec Brad et Vincent, le pasteur stagiaire.
Il y eu également ces échanges avec Henri, Dominique et Stéphane, Mat, Jean-Yves après le culte. Mais, rien à faire, il y avait comme une résistance inconsciente en moi et le doute m’habitait en permanence. Tout ceci ne me laissait pas indifférent mais je préférais encore chercher les réponses à mes questions par moi-même plutôt que d’admettre mes limites humaines. En fait, à cette époque, je doutais de l’existence même de Dieu et ne comprenais pas en quoi le fait d’accepter son existence et de croire en lui pouvait changer quoi que ce soit dans ma vie.

Cela aurait pu durer encore longtemps si Isabelle n’avait pas pris la décision de se faire baptiser et si je n’avais pas lu un jour cette phrase de Saint-Augustin (un théologien du 4e siècle) : « Crois et tu comprendras ; la foi précède, l’intelligence suit ».
Moi, le Jérôme hyper-rationnel qui a toujours voulu tout contrôler et tout comprendre, il me fallait accepter de remettre en cause mes certitudes sur la vie !
Je décidais alors d’en savoir plus sur ce Dieu et sa promesse d’une vie éternelle, sur ce Jésus qui avait souffert et était mort sur la croix et sur le Saint-Esprit qui habitait en tout chrétien. Ainsi, je décidais de m’inscrire avec mon fils Alexis au week-end Père & Fils proposé par Vertical Horizon. Puis, quand j’eus connaissance du démarrage d’un parcours Alpha animé par Brad et Catherine à l’Église protestante évangélique du Drac, je n’eus aucune seconde d’hésitation.

Et là, sans le savoir, ce que je venais chercher en assistant à ces cours se révélait à moi. Après la 3e soirée, tout était devenu clair. Le témoignage de tous ces chrétiens parlant de Dieu comme d’un ami, comme d’un père et vivant leur foi au quotidien me bouleversa et m’ouvrit définitivement les yeux. J’ai eu envie de tout savoir sur la foi chrétienne (je me suis mis à lire plusieurs livres à ce sujet) et j’étais impatient d’assister aux prochains cours. Je me souviens même avoir demandé à Brad de m’envoyer le cours sur le Saint-Esprit par e-mail alors que j’étais en déplacement en Chine car je ne voulais manquer aucun cours.

Je savais que Dieu existait et j’avais compris que croire en Dieu n’était pas ringard, que ce n’était pas uniquement pour les désespérés ou pour ceux que la vie n’avait pas épargné, et que les richesses du monde n’étaient rien à côté de celles que me réservait Le Seigneur. Non, ce cadeau était aussi pour moi, et je pouvais me présenter à Dieu tel que j’étais avec mes défauts et chargé de tous mes pêchés. Pour moi, il n’y avait plus de doute. Ma vie sans Dieu n’avait plus de sens et j’avais décidé de l’accepter dans ma vie pour toujours.

Aujourd’hui, je réalise en me tenant devant vous, prêt à me faire baptiser, combien Dieu a été patient, combien il a su me parler à travers mes premières lectures de la Bible ou à travers vous tous, frères et sœurs du CEP, par les échanges furtifs ou profonds que j’ai pu avoir avec l’un ou l’autre en toute occasion. Je n’imaginais pas il y encore un an que ce moment pouvait arriver dans ma vie et ce qui semblait impossible à l’être de chair que je suis ne l’était pas pour Dieu.

Par ce baptême, je prends date devant vous tous de mon engagement à accepter Dieu dans ma vie, à l’aimer et à le servir en toutes circonstances. Je reconnais que je ne suis encore qu’un jeune chrétien. Alors je vous demande de me m’alerter si je commets des erreurs dans mes attitudes ou mes réflexions.

Je marchais dans l’ombre, sous une lumière artificielle et sans but. Depuis que je connais Dieu et que je l’ai accepté comme mon sauveur, ma vie est transformée. Chaque jour que Dieu fait est pour moi l’occasion de lui rendre grâce pour toutes ses bénédictions, pour sa force, sa compassion, sa justice et son Amour infini.

« Crois et tu comprendras ». Maintenant je crois et je commence à comprendre.

Merci à Isabelle pour ton amour et ton soutien, à Maxime, Alice, Alexis, Samuel, mes enfants pour leur énergie et leur soif de la vie et à vous, frères et sœurs du CEP sans qui cette nouvelle vie n’aurait pas été possible.

Livre de l’Ecclésiaste Chapitre 5 versets 9 et 19 : L’amour des richesses
« Qui aime l’argent n’en aura jamais assez, et qui se complaît dans l’abondance ne sera jamais satisfait de ses revenus. Cela encore est dérisoire.
Plus on possède de biens, plus se multiplient les profiteurs. Et quel avantage en tire leur possesseur si ce n’est le spectacle qu’ils lui offrent ?
Doux est le sommeil du travailleur qu’il ait peu ou beaucoup à manger, mais l’abondance du riche l’empêche de dormir. »

Lettre de Paul aux Phillipiens Chapitre 3 versets 13 et 14 : Courir vers le but
« Non, frères, pour moi je n’estime pas avoir saisi le prix. Mais je fais une seule chose : oubliant ce qui est derrière moi, et tendant de toute mon énergie vers ce qui est devant moi, je poursuis ma course vers le but pour remporter le prix attaché à l’appel que Dieu nous a adressé du haut du ciel dans l’union avec Jésus-Christ ».

Répondre à cet article


Nouveautés | Lettre de nouvelles | Écrivez-nous ! | SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |