Le portail des églises et associations protestantes de l’agglomération grenobloise adhérant au Réseau Fraternel Évangélique de France


CoeurNet (accueil) > Qui sommes nous ? > Y a-t-il des dérives sectaires chez les évangéliques ?

Y a-t-il des dérives sectaires chez les évangéliques ?

vendredi 22 novembre 2002

Aucun groupe humain n’est à l’abri des dérives sectaires. Dans les milieux dit « évangéliques » (parfois aussi appelés à tort « évangélistes »), il y a malheureusement un petit nombre de groupements très repliés sur eux-mêmes qui s’apparenteraient plus à une secte qu’à une Église. Mais de manière générale les Églises évangéliques sont assimilées, dans le monde, de façon presque unanime, au protestantisme (elles représentent d’ailleurs près de 60 % du protestantisme selon l’impressionnant et encore actuel dictionnaire « World Christian Encyclopaedia » Oxford University Press, 1982 (direction David Barett).

Bien que méconnus en France, les évangéliques sont majoritaires dans certains pays. Parmi leur nombre, on peut nommer des personnes célèbres tel le pasteur Martin Luther King ou l’ancien président des États-Unis Jimmy Carter.

Les Évangéliques refusent toute violence et tout fanatisme.

En 1982, Pierre Mauroy (premier ministre à l’époque) avait chargé le député Alain Vivien d’étudier les problèmes posés par le développement des sectes en France. M. Vivien a consulté de nombreux responsables d’églises et d’associations dont le Président de la Fédération Évangélique de France. Cet entretien a été suivi d’un échange de correspondance dont nous citons un extrait de la lettre du député Vivien du 11 janvier 1983 :

« il est bien évident que le mouvement évangélique ne correspond aucunement à ce que l’on désigne par le vocable de secte dans l’opinion publique. »

Pour plus d’informations concernant les sectes en France :
- consultez : le rapport de la commission d’enquête de l’Assemblée Nationale (rapport Vivien).

Voir en ligne : Rapport Vivien

Répondre à cette brève

5 Messages

  • Bonjour,

    Votre article n’est même pas signé !!
    Et vous ne répondez pas vraiment à la question posée « y a-t-il des dérives sectaires.. »
    Comme exemple vous citez des nom américains. Jmmy Carter l’avez vous rencontré savez vous ce qu’il croit réellement.
    Et Pourquoi ne placez vous pas Bush dans cette liste puisqu’il est aussi « évangélique » ?
    N’y a t-il pas de français ?
    Salurtations !

    repondre message

    • > Y a-t-il des dérives sectaires chez les évangéliques ? 18 septembre 2005 08:56, par Jacques Cécius

      En réponse à l’article concernant Jimmy Carter et Bush, je voudrais dire que Carter a démontré, par son action politique et par sa vie, qu’il était un homme de paix. Il est prédicateur baptiste, et évangélique non fondamentaliste. Je n’en dirai pas autant de Bush qui n’est certainement pas un homme de paix. Rappelez-vous, cher ami, l’action de Martin Luther King en faveur de ses frères noirs et contre la ségrégation raciale. Les pasteurs évangéliques noirs étaient en première ligne avec lui dans cette lutte. Il était évangélique. Et aujourd’hui Jessee Jakson, défenseur de toutes les minorutés. Il est évangélique. Savez vous, cher ami, que les gens admirables de l’Armée du Salut sont évangéliques ? Et songez à la « Mission évangélique contre la lèpre » dont le président fut longtemps un belge.
      Songez à la volonté d’hommes de dialogues, comme le pasteur de Clermont, président de la Fédération Réformùée de France, qui s’efforce d’unir protestants « classiques » et protestants évangéliques. Bien à vous.

      repondre message

  • > Y a-t-il des dérives sectaires chez les évangéliques ? 23 août 2005 14:00, par Jacques Cécius

    En pays catholiques, tout ce qui n’est pas... catholique, ou protestant « classique », est souvent qualifié de secte. Or, s’il existe des dérives sectaires dans la mouvance évangélique, elles sont rares. Il faudrait que les adversaires de protestantisme évangélique puissent admettre qu’existent des chrétiens qui, à première vue, leur semblent « hors normes ». L’Eglise romaine qualifie très souvent de sectes les Eglises évangéliques qui prospèrent, en Afrique et en Amérique latine. Par exemple, au Brésil chaque année un demi million de catholiques se convertissent au protestantisme évangélique, le plus souvent pentecôtiste.
    Bien entendu cela gêne, et alors on tente de discréditer cette forme de protestantisme.
    Il faut savoir que la Fédération Protestante de France compte en son sein plusieurs Eglises évangéliques. Que l’Eglise protestante unie de Belgique (officiellementg reconnue par l’Etat), a signé un accord avec plusieurs Eglises évangéliques. Que Rome laisse donc les protestants eux-mêmes être juges en matière de soit disant sectes évangélques. Et que les médias sachent reconnaître une Eglise d’une secte. Il suffit de s’informer auprès des instances protestantes officielles.

    repondre message

  • Bonjour,

    Votre article appelle quelques observations :
    1°) On ne connaît pas la sensibilité religieuse de l’auteur... SEt-il juge et parties ?
    2°) Quand bien même il n’y aurait pas de dérives sectaires, n’y aurait-il pas quand même quelqies dérives religieuse,très insidieuses ?
    3°) Le problème avec les évangélistes est également pour moile fait de constater dans chaque « groupe de prière », un manque de cadrement , mère de toutes les dérives... Plusieurs années de formation dans un séminaire pour un prêtre catholique... et à peine quelques mois pour devenir pasteur !!!!
    4°) Ce mouvement, pour finir, insiste beaucoup trop sur les talent, le charisme, les dons, menant ainsi en avant la sensibilité des individus. La foie doit être ancrée, et ce que je constate dans leur assemblée n’est que très superficielle, et ainsi... DANGEREUX.
    PASCAL G.

    repondre message

    • Bonjour Pascal G. —

      On m’a demandé de répondre à votre message.

      Votre inquiétude est centrée sur le danger que courent les
      chrétiens qui ne sont pas encadrés : " ...chaque ’groupe de
      prière’ un manque de cadrement « ... » La foi doit être ancrée...
      ", etc.

      Vous avez raison de souligner le danger que courrait celui dont
      la foi n’est pas d’abord ancrée en Jésus-Christ — je pense au
      passage biblique de Hébreux 6.19-20 : " Cette espérance,
      nous la possédons comme une ancre de l’âme, sûre et solide ;
      elle pénètre au-delà du voile, là où Jésus est entré pour nous
      comme précurseur, ayant été fait souverain sacrificateur pour
      toujours, selon l’ordre de Melchisédek. « Vous faites allusions aux » talent, charisme, dons... ".
      Effectivement, ces qualités spirituelles sont données à l’Église
      pour nous ancrer dans la Parole de Dieu, et en son Fils, le
      Seigneur Jésus-Christ. Je pense à Ephésiens 4.11-15 : " 11
      Et il a donné les uns comme apôtres, les autres comme
      prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme
      pasteurs et docteurs, 12 pour le perfectionnement des saints
      en vue de l’oeuvre du ministère et de l’édification du corps de
      Christ, 13 jusqu’à ce que nous soyons tous parvenus à l’unité
      de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu, à l’état
      d’homme fait, à la mesure de la stature parfaite de Christ ; 14
      ainsi, nous ne serons plus des enfants, flottants et emportés à
      tout vent de doctrine, par la tromperie des hommes, par leur
      ruse dans les moyens de séduction, 15 mais en professant la
      vérité dans l’amour, nous croîtrons à tous égards en celui qui
      est le chef, Christ. "

      Ce passage nous parle clairement de notre besoin de nous
      ancrer dans l’étude et la compréhension des Saintes Ecritures,
      qui nous mèneront à nous ancrer en « le chef, Christ » — le but
      de tout chrétien, je suppose !

      Il est important que chaque chrétien lise et étudie la Bible, la
      Parole de Dieu... et surtout s’il a la charge d’un groupe de
      chrétien, d’une église locale... D’où le développement parmi
      les chrétiens évangéliques, comme dans les autres secteurs
      du christianisme, d’instituts bibliques et de facultés de
      théologie, où les études ne durent pas « quelques mois », mais
      la plupart du temps 3 ou 4 ans, si ce n’est plus.

      Finalement, cher ami, je vous encourage, comme je me lance
      aussi ce défi, de faire comme les Juifs de Bérée en
      Macédoine quand l’apôtre Paul et son équipe sont passés par
      cette ville : " Ces Juifs avaient des sentiments plus nobles que
      ceux de Thessalonique ; ils reçurent la parole avec beaucoup
      d’empressement, et ils examinaient chaque jour les Ecritures,
      pour voir si ce qu’on leur disait était exact. " ( Actes 17.11 )

      Salutations sincères, Jim Munn ( 15 août 2007 )

      repondre message


Nouveautés | Lettre de nouvelles | Écrivez-nous ! | SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |