Le portail des églises et associations protestantes de l’agglomération grenobloise adhérant au Réseau Fraternel Évangélique de France


CoeurNet (accueil) > Qui sommes nous ? > Communiqué du Président de la Fédération Protestante de France

Communiqué du Président de la Fédération Protestante de France

vendredi 5 mars 2004

Communiqué du Président de la Fédération Protestante de France, en réaction au dossier du Nouvel Observateur sur les Evangéliques.


Suite au dossier publié sous le titre « Les évangéliques, la secte qui veut conquérir le monde », vous avez dû recevoir une lettre du Pasteur Stéphane Lauzet, secrétaire de l’Alliance évangélique française, à laquelle je souscris pleinement.
J’y ajoute les quelques remarques suivantes :

Sous la pression de l’ignorance ou de la mauvaise foi des médias, les Eglises protestantes de France devront-elles abandonner le beau nom d’ « évangéliques » ?

Plus de la moitié d’entre elles portent ce nom : Eglise évangélique luthérienne, Union des Eglises évangéliques, Eglises réformées évangéliques indépendantes, Mission évangélique tzigane.. ! Ce faisant elles indiquent explicitement, ce qui est commun à toutes les Eglises, qu’elles placent l’Evangile (la bonne nouvelle) de Jésus Christ au cœur de leur message. Le mot vient s’inscrire aux côtés d’autres appellations qui indiquent soit leur origine historique - luthérienne, réformée, pentecôtiste, baptiste - soit leur mode d’organisation - presbytérien, synodal, épiscopalien.
Mais toutes se savent « évangéliques », qu’elles portent ou non ce titre.

Or les voilà assimilées à « une secte ». L’amalgame est honteux. Mieux que d’autres, peut-être, parce qu’elles ont un sens développé de la liberté, elles savent que ce risque guette tous ceux qui se laissent porter par de fortes convictions. Mieux que d’autres, elles ont appris à s’en défendre par le débat interne, la critique fraternelle. Les Fédérations, évangélique ou protestante, en France en sont de vivants exemples. Elles ont dénoncé vigoureusement les dérives de certains mouvements religieux américains qui ont confondu les voies de Dieu et les aventures guerrières de Georges Bush ; comme elles ont critiqué les prises de positions partisanes dans le conflit israélo-palestinien. Qu’on veuille bien se souvenir de la manière dont les protestants français se sont fait l’échos de leurs frères et sœurs des Eglises américaines résistant avec vigueur à la « croisade » menée contre les « forces du mal », affirmant leur refus d’un soi-disant choc des civilisations qui les dresseraient contre l’Islam.

Ces Eglises, nos Eglises, acceptent la critique. Elles refusent l’amalgame et la mauvaise foi, les raccourcis trompeurs et la chasse aux sorcières [1]. Elles demandent d’être respectées pour ce qu’elles sont, et de n’être pas de celles dont on peut dire n’importe quoi impunément, au nom de la liberté d’expression à laquelle elles sont si fortement attachées.

En définitive, ce que demande nos Eglises c’est de l’honnêteté intellectuelle. N’est-ce pas le moins que l’on puisse attendre d’une presse libre.

Jean-Arnold de Clermont
Président de la Fédération protestante de France [2]

Voir en ligne : L’article du Nouvel Observateur

Notes

[1En voici quelques exemples :
- parler de Bush comme d’un évangélique, alors qu’il n’appartient pas à une Eglise évangélique
- parler des évangéliques en reconnaissant qu’il y a de grandes différences entre eux ;
- mélanger des qualificatifs sans rapports les uns avec les autres (protestants = référence historique, expansionniste = référence politique, millénariste = référence théologique, apocalyptique = référence de science fiction) ;
- faire des « born again » un mouvement alors qu’il y en a dans toutes les Eglises ;
- Ecrire que la doctrine évangélique est le mouvement qui progresse le plus. Une doctrine n’est pas un mouvement.
- Etc.

[2La Fédération protestante de France regroupe 17 Eglises et environ 500 associations issues de ces Eglises, soit environ les deux tiers du protestantisme français

Répondre à cette brève

2 Messages

  • Je remercie le Président de FPF pour la clarté de sa position qui je le crois exprime les sentiments de la très grande majorité des Evangéliques et des Réformés de notre pays qui ont été indignés de la teneur de l’article du NouvelObs. Permettez moi de suggérer ici que nos instances représentatives, tant Evangéliques que Réformées ouvrent dans les jours à venir, un vrai débat avec cette revue pour faire une oeuvre de pédagogie à titre de réparation. C’est en effet la première urgence qui s’impose après avoir lu les lignes incriminées. Dans l’immédiat on peut tout simplement poser les questions suivantes.

    Comment une revue qui dans le passé a su s’engager dans divers combats pour la liberté des idées, des moeurs et des religions a-t-elle pu laisser en quelques lignes substituer le préjugé à l’analyse historico-sociale ?

    Comment n’est-il pas venu à l’idée de l’équipe rédactionnelle qu’une signature comme celle de Slimane Zeghidour était la porte ouverte à l’amalgame anti-chrétien et anti-americain ?

    Le Nouvel Obs a-t-il vraiment besoin d’offrir une tribune à ces individus qui soufflent sur la braise des antagonismes et conflits inter-ethnics, inter-culturels et internationaux pour vendre du papier ?

    Merci pour les réponses
    Xavier Mainguy

    repondre message

  • Le 30 mars, Serge Lafaurie, directeur de la rédaction du Nouvel Observateur et Michel Labro, directeur adjoint, sont venus déjeuner à la Fédération protestante de France (FPF), entouré d’une dizaine de représentants d’Eglises et d’Institutions protestantes dont l’Alliance évangélique et la Fédération évangélique de France. La FEF n’avait jamais été reçue à la FPF.

    Serge Lafaurie s’est excusé sincèrement et a avoué qu’il n’avait pas mesuré les conséquences de la une intitulée « Les évangéliques, la secte qui veut conquérir le monde ». Il a été surpris de découvrir que l’ensemble des protestants français avait été blessé par ce dossier.

    Il a tenté d’argumenter que la photo de G.W.Bush et les articles s’en prenaient aux Etats-Unis et au Brésil, qu’à leurs yeux, c’était un sujet politique international et non pas religion. Les responsables protestants n’ont pas mâché leurs mots sur leur méconnaissance du sujet et ont essayé de leur faire comprendre l’ampleur des dégâts. Etant le seul grand hebdomadaire sans journaliste suivant le secteur religion, il leur a été suggéré de remédier à ce manque.

    Stéphane Lauzet, représentant à l’Alliance évangélique française, leur a aussi reproché leur parti pris de sélectionner des lettres de lecteurs non-représentatifs dans le N° qui a suivi le dossier et d’attendre encore un N° pour diffuser la lettre de la FPF, oubliant celle de l’Alliance.

    Juste avant de quitter la table, Serge Lafaurie, qui se présente comme agnostique, a avoué être l’arrière petit fils de Ami Bost, père du pasteur John Bost, et d’aller tous les ans à la vente de la célèbre fondation John Bost à Paris. On n’est jamais trahi que par les siens ! (MD)

    BIP 1581 du 15 avril 2004

    source : CPDH

    Voir en ligne : http://www.topchretien.com/topinfo/...

    repondre message


Nouveautés | Lettre de nouvelles | Écrivez-nous ! | SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |